"Gilets jaunes" : forte mobilisation en régions

En région, c’était une journée-test aussi pour les "gilets jaunes". Résultat : 50 000 personnes dans toute la France, avec quelques heurts.

Ils voulaient monter qu’ils ne désarment pas et se faire entendre par le plus grand nombre. À Caen (Calvados), ils étaient 1 000 selon la préfecture, 3 000 selon les "gilets jaunes". "Il y a presque autant de revendiactions que de ‘gilets jaunes’, c‘est ce qui fait que ce sont des revendications populaires, elles viennent d’en bas", dit l’un d’eux. "Sur les retraites, y’a rien, sur les minimas sociaux, y’a rien, du moins pas grand-chose et les gens ne s’y retrouvent pas", dit un autre.

Heurts à Toulouse et Bordeaux

À Nantes (Loire-Atlantique), même combat. "Le discours d’Emmanuel Macron ? Rien n’a été mis en place, et le peu qu’il a donné n’a pas été mis en place". Dans d’autres villes, quelques échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants. À Toulouse (Haute-Garonne), ils étaient plus nombreux que la semaine dernière. La situation s’est tendue sur la Place du Capitole, avec évacuation à coups de canons à eau. Enfin à Bordeaux (Gironde), ils étaient venus de toute la région. Des violences ont eu lieu en fin de journée comme les semaines précédentes avec des voitures brulées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jauens\" sont rassemblés à Dinan (Côtes-d\'Armor), le 29 décembre 2018.
Des "gilets jauens" sont rassemblés à Dinan (Côtes-d'Armor), le 29 décembre 2018. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)