Carburants : la grogne des professionnels

La facture du carburant s'alourdit pour beaucoup, que ce soit pour les professionnels ou les particuliers. France 2 est allée à la rencontre d'une infirmière et d'un transporteur routier.

France 2

Chaque jour, cette infirmière roule plus d'une centaine de kilomètres pour rendre visite à une trentaine de patients en région parisienne. Elle consomme donc beaucoup de carburant et c'est la même grimace à chaque passage à la pompe. "Avant mon plein était à 50 euros. Aujourd'hui, 65, 70 euros, facilement. C'est énorme, sachant que je fais ça trois fois par mois, minimum", explique Marion Fourment. Elle bénéficie d'une indemnité à chaque déplacement, mais pas de quoi compenser le surcoût : 60 euros de plus chaque mois par rapport à l'an dernier.

"On subit"

À quelques kilomètres de là, ce transporteur fait le plein de ses 30 camions chaque jour et cela lui coûte très cher. "On a une incidence de 250 000 euros par an", assure Thierry Pian. Il devra faire supporter ce coût à ses salariés. "Je ne pourrai pas augmenter mon personnel ou lui mettre des primes en début d'année." Il ne veut pas abandonner le gazole, car les camions au gaz ou électriques ne seraient pas assez développés. "Il n'y a pas de palliatif, on subit", conclut-il. L'infirmière et le transporteur attendent avec appréhension la nouvelle hausse de taxe sur le gazole, le 1er janvier prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
(OLIVIER MORIN / AFP)