Les trains neufs ou rénovés devront désormais compter un minimum de huit emplacements pour les vélos

Prévue dans la loi d'orientation des mobilités de 2019, la mesure s'applique en particulier aux trains d'équilibre du territoire (TET, ou Intercités) conventionnés par l'Etat et aux services librement organisés comme les TGV.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cycliste sort d'un train à la gare de Lyon (Paris), le 13 mai 2020. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)

Les trains neufs ou rénovés devront comprendre au moins huit emplacements pour vélos, selon un décret paru mercredi 20 janvier au Journal officiel. Prévue dans la loi d'orientation des mobilités (LOM) de 2019, la mesure s'applique en particulier aux trains d'équilibre du territoire (TET, ou Intercités) conventionnés par l'Etat, aux services librement organisés comme les TGV, et aux trains régionaux, a précisé le ministère de la Transition écologique dans un communiqué.

Des exceptions pour certains trains régionaux

La jauge a été définie à l'issue "d'une vaste consultation de l'ensemble des parties prenantes, compte tenu des fortes attentes exprimées par les usagers cyclistes et de l'attention portée à ce sujet par les entreprises ferroviaires et les autorités organisatrices de transport", a-t-il ajouté. Celles-ci devront indiquer aux passagers, en amont du voyage, quelles sont les conditions de transport des vélos à bord des trains.

Le décret prévoit des exceptions pour certains trains régionaux, Transilien en Ile-de-France et TER dans les autres régions, qui pourront ne proposer que quatre emplacements "afin de prendre en compte les situations locales". Il ne s'applique que pour les matériels roulants dont l'achat ou la rénovation sera engagée à partir de mars 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.