Le Costa Concordia se redresse beaucoup plus lentement que prévu

Avec trois heures de retard par rapport à l'horaire initialement prévu, des centaines de personnes ont commencé lundi matin à s'activer autour de l'épave du Costa Concordia échoué au large de l'île toscane du Giglio, en Italie. Objectif : redresser le paquebot qui a coulé le 13 janvier 2012, une catastrophe ayant coûté la vie à trente personnes. Les opérations de redressement, inédites, vont continuer toute la nuit et devraient s'achever mardi, à l'aube.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

600 millions d'euros de budget prévisionnel, une centaine d'ouvriers spécialisés, des centaines de journalistes amassés sur le bord de mer à scruter l'horizon... Les opérations de redressement du Costa Concordia ont débuté lundi matin à 9 heures ; la manoeuvre, hautement délicate, est une première mondiale, étant donné la taille du bateau, près de 290 mètres de long. Elle devrait durer jusqu'à mardi matin, à l'aube. "La nuit sera longue ", a déclaré Franco Gabrielli, le chef de la protection civile. 

Les opérations devaient débuter à six heures ce lundi matin, mais de forts orages ont poussé les équipes de la société Micoperi, chargée du redressement, à en repousser le départ. "Les orages nous ont empêché de mettre en place dans la nuit la structure flottante, la barge, sur laquelle devait être installée la salle de contrôle " a indiqué Serge Girotto, le responsable du projet.

Car toute l'opération sera gérée à distance, sur la barge "Pollux", par douze personnes agissant via un ordinateur sur la rotation de l'épave, entièrement sécurisée grâce à un système complexe de cables et de poids. Le navire a commencé à se redresser en milieu de matinée, une partie immergée se levant lentement de la mer et laissant apparaître une bande de rouille.

La coque du bateau s'est détachée des rochers dans lesquels elle était encastrée depuis l'accident, au plus grand soulagement de Serge Girotto, qui affirme ainsi que "les heures les plus délicates sont désormais passées ". Mais la prudence étant la règle, les opérations se déroulent très lentement.

Vingt mois après son naufrage, le 13 janvier 2012, qui s'était soldé par la mort de trente passagers et membres d'équipage, le Costa Concordia s'apprête à disparaître du paysage des habitants de l'île toscane, avant d'être démantelé dans un port italien.