La SNCF veut développer les TER sans contrôleur

La compagnie ferroviaire souhaite généraliser les contrôles aléatoires, à l'image de ce qui se fait déjà en Ile-de-France, explique "Le Parisien".

Un contrôleur SNCF dans un TGV à destination de Paris, le 15 avril 2011.
Un contrôleur SNCF dans un TGV à destination de Paris, le 15 avril 2011. (GERARD JULIEN / AFP)

Chaque jour, 6 500 trains sur 15 000 circulent déjà sans contrôleur. La SNCF souhaite étendre ce système aux TER pour plus d'"efficacité" et une meilleure ponctualité, rapporte Le Parisien, lundi 1er septembre.

La compagnie ferroviaire compte généraliser la pratique mise en place en Ile-de-France dans les années 1980, explique le quotidien. La présence du contrôleur n'y est pas systématique dans les wagons et les passagers franciliens sont contrôlés aléatoirement dans les rames ou sur les quais par des brigades de trois ou quatre agents.

Le dispositif anti-fraude renforcé

"Les missions d'un contrôleur ne se limitent pas à vérifier les billets, dénonce un syndicaliste CGT pour le secteur Paris-Nord. Il a aussi des fonctions de sécurité ferroviaire, d'information et d'assistance aux voyageurs." En guise de réponse, la SNCF met en avant un nouvel équipement nommé AES, qui permet au conducteur de se substituer au contrôleur via des caméras et un système de fermeture de portes.

Pour éviter que cette absence de contrôleur n'encourage les resquilleurs, la SNCF renforce en parallèle son dispositif anti-fraude, précise Le Parisien. A partir du 2 septembre, la durée de validité des billets sans réservations passera à une semaine seulement, contre deux mois actuellement.