Cet article date de plus de sept ans.

Grève à Air France : 55% des vols annulés vendredi

La direction de la compagnie aérienne fait part d'une légère amélioration par rapport au jeudi où 60% des vols étaient annulés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle (Val-d'Oise), le 15 septembre 2014, lors du premier jour de la grève des pilotes d'Air France. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

La direction de la compagnie fait part d'une légère amélioration. Selon Air France, 45% des vols seront assurés vendredi 19 septembre, au cinquième jour de la grève des pilotes. Jeudi, 40% des vols étaient annulés. La direction évoque désormais un taux de grévistes "inférieur à 60%".

> Pour tout comprendre à ce mouvement de grève des pilotes, c'est par là

"La journée de demain [vendredi] devrait montrer une amélioration du nombre de vols opérés", a indiqué Catherine Jude, directrice du centre de contrôle des opérations d'Air France. 

Un mouvement massivement suivi

Depuis lundi, et malgré l'appel mercredi du Premier ministre Manuel Valls à "arrêter cette grève", le mouvement reste massivement suivi. Les pilotes grévistes d'Air France entendent dénoncer les conditions d'expansion de Transavia, la filiale à bas coût du groupe.

Jeudi, seuls 42% des vols de la compagnie devaient être assurés, selon la direction. Selon le SNPL, premier syndicat de pilotes, ce chiffre, qui intègre notamment des vols de la filiale régionale Hop!, "minimise" toutefois "l'ampleur de la mobilisation". Le taux d'annulation de "purs" vols Air France est de 85% depuis lundi, estime le syndicat. 

Le chiffre des annulations "correspond à tous les vols exploités avec le numéro de vol Air France. Il comprend donc les vols opérés par nos filiales sous numéro de vol Air France", a rétorqué Catherine Jude.

Le risque d'une grève illimitée

Le Syndicat national des pilotes de ligne d'Air France a, par ailleurs, menacé la direction jeudi d'une grève illimitée. Si le PDG du groupe franco-néerlandais, Alexandre de Juniac, a réaffirmé qu'il était disponible pour négocier sur plusieurs revendications, il a maintenu son opposition à un contrat pour les pilotes de Transavia calqué sur celui d'Air France, comme le réclament les grévistes. 

Le préavis du SNPL, majoritaire, court jusqu'au 22 septembre. Son président, Jean-Louis Barber, affirme cependant au Monde que la grève pourrait se prolonger. "Nous organisons un référendum auprès de nos adhérents sur la poursuite du mouvement. Nous aurons la réponse samedi, a-t-il souligné. La réponse va être très, très claire. Si les pilotes votent à nouveau la grève, cette fois, ce sera un mouvement illimité."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Air France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.