Écotaxe : "L'objectif est bon mais la copie est mauvaise", selon un spécialiste des transports

La ministre des transports, Élisabeth Borne, a annoncé mardi 9 juillet, qu'une écotaxe sur les billets d'avions d'une grande partie des vols au départ de la France allait être instaurée.

Avion Air France KLM (illustration).
Avion Air France KLM (illustration). (JONATHAN KONITZ / MAXPPP)

Le gouvernement a annoncé qu'il allait mettre en place une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion l'an prochain. Les aides au gasoil pour les transporteurs routiers vont également être réduites. Le budget permettra des investissements dans le ferroviaire et les transports quotidiens.

La mesure fait grincer des dents les compagnies aériennes comme Air France et provoque une colère chez les routiers. Spécialiste des transports Gérard Feldzer, invité sur franceinfo, mardi 9 juillet, estime que "l'objectif est bon mais la copie est mauvaise".

"Discrimination pour les compagnies françaises"

Concernant la taxe sur les billets d'avion, Gérard Feldzer reconnaît qu'"Il faut participer à l'effort collectif mais le budget devrait être affecté aux nouvelles technologies de l'avion, pour remplacer les avions anciens par des avions modernes".

Pour le spécialiste, "Il y a une discrimination pour les compagnies françaises dont Air France". Le montant annuel de la perte pour Air France s'élèverait à 60 millions d'euros. "Il faut un accord international, poursuit-il, et on a beaucoup de mal à l'avoir. C'est bien de montrer l'exemple, à condition qu'on puisse préserver les richesses des uns et des autres."

"Il faut revoir le transport dans son ensemble"

Gérard Feldzer considère que le risque est la répercussion sur le prix pour le passager. Par ailleurs, il l'un des principaux problèmes de cette mesure réside dans les rapports entre le transport aérien et ferroviaire. Pour le spécialiste,'"Il faut faire attention à ne pas créer de la distorsion dans un univers extrêmement concurrentiel".

On parle d'alimenter le ferroviaire mais la SNCF est directement concurrente et non pas collaborative du transport aérien. Il faut revoir le transport dans son ensemble.Gérard Feldzer, spécialiste des transportssur franceinfo

Par ailleurs, la même problématique se pose pour les transporteurs routiers d'après Gérard Feldzer. "Le budget récupéré avec les camions doit servir à les améliorer pour faire en sorte qu'ils consomment moins, explique-t-il. Changer le diesel en électrique est complètement à notre portée techniquement mais il faut le faire".

Selon le Minsitère des Transports, le budget récupéré par l'État sera de 180 millions d'euros. "Il faut renouveler le parc ferroviaire, des rails, des nouveaux trains. Mais ça ne va pas être avec 180 millions qu'on va y arriver. Donc ce sera probablement alloué pour des aides à la recherche et au développement. Il faut que ces budgets aident à accélérer la transition énergétique", conclut le spécialiste.