DIRECT. "Chemise arrachée" : suivez le procès des salariés d'Air France

Quinze salariés de la compagnie sont jugés à partir de mardi à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour "violences en réunion" et "dégradations".

Ce qu'il faut savoir

La photo du DRH d'Air France, chemise en lambeaux, avait fait le tour du monde et terni un peu plus la réputation française en matière de dialogue social. Le procès de 15 salariés de la compagnie s'ouvre, mardi 27 septembre, à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Une audience à 9 heures. Parmi les quinze prévenus, cinq salariés sont poursuivis pour "violences en réunion" et dix autres pour "dégradations". Fin mai, le procès s'était ouvert en pleine épreuve de force entre la CGT et le gouvernement sur la loi Travail, avant d'être renvoyé à la rentrée.

 Des faits qui remontent au 5 octobre. Après avoir forcé la grille d'accès au parvis du siège d'Air France à Roissy, une centaine de manifestants avait envahi la salle où la direction était en train de présenter un plan social en comité central d'entreprise. Le directeur des ressources humaines Xavier Broseta et celui de l'activité long courrier, Pierre Plissonnier, avaient été malmenés et leurs chemises arrachées.

Jusqu'à 3 ans de prison. Au pénal, les salariés poursuivis pour violences encourent jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende. Au civil, Air France leur réclame un euro symbolique. Le jugement sera mis en délibéré.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AIR_FRANCE

23h51 : L'audience reprendra demain au procès de la "chemise arrachée", à Bobigny. Elle reprendra demain à 9 heures. Ilan Caro, pour franceinfo, résume ces 11 heures de débat.

23h50 : Là où les images montrent une chemise en lambeaux, les prévenus évoquent une "poussette". Quinze salariés comparaissent devant le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour l'épisode de la "chemise arrachée". A la barre, ils invoquent une bousculade. D'autres estiment qu'ils ont même tenté d'aider les dirigeants d'Air France. Le procès continue ce soir, et Ilan Caro, pour franceinfo, y assiste.

23h50 : On suit toujours notre journaliste Ilan Caro au procès de la "chemise arrachée", à Bobigny.

17h39 : Retournons à présent au procès de la "chemise arrachée", à Bobigny, que suit notre envoyé spécial.

16h44 : L'audience se poursuit à Bobigny, où l'on retrouve notre journaliste Ilan Caro. Difficile de se faire une idée précise des violences infligées à Pierre Plissonnier, directeur de l'activité "long courrier" de la compagnie aérienne.

15h52 : On n'oublie pas notre journaliste Ilan Caro, qui suit le procès de la "chemise arrachée" à Bobigny. Les faits de violences sont étudiés les uns après les autres. Voici un extrait de son live-tweet.

14h42 : Retour à Bobigny, où notre journaliste Ilan Caro suit toujours le procès des 15 prévenus poursuivis dans l'affaire de la "chemise arrachée". Après les faits de dégradation, ce sont désormais les faits de violences contre deux dirigeants d'Air France qui sont évoqués.

12h45 : On retrouve notre envoyé spécial à Bobigny, Ilan Caro, qui suit le procès de 15 salariés poursuivis dans l'affaire de "chemise arrachée". La matinée a été consacrée aux faits de "dégradation" d'une grille d'enceinte du siège d'Air France.

11h35 : Des syndicats organisent une manifestation de soutien, à l'extérieur du palais de justice de Bobigny, où se tient le procès de 15 salariés d'Air France, jugés dans "l'affaire de la chemise arrachée du DRH de la comagnie".

11h11 : Le tribunal de Bobigny ayant refusé de renvoyer le procès des 15 salariés d'Air France jugés dans "l'affaire de la chemise arrachée", on entre dans le vif du sujet.

10h46 : Le tribunal de Bobigny refuse de renvoyer le procès des 15 salariés d'Air France jugés dans "l'affaire de la chemise arrachée". L'audience se poursuit.

10h08 : La dessinatrice de presse judiciaire, Elisabeth de Pourquery, assiste au procès des 15 salariés d'Air France, jugés dans "l'affaire de la chemise arrachée". Elle nous donne un aperçu de l'audience.





(ELISABETH DE POURQUERY / FRANCEINFO)