Air France : premier jour du procès de la "chemise arrachée"

Ce mardi 27 septembre s'est ouvert à Bobigny (Seine-Saint-Denis) le procès de l'affaire de la "chemise arrachée", près d'un an après les violences.

France 3

À l'époque, il y a presque un an, les images avaient fait le tour du monde et terni l'image du dialogue social en France. Ce mardi 27 septembre, 15 salariés rendent des comptes devant la justice. Le tribunal va devoir établir les responsabilités de chacun. Le DRH d'Air France n'a pas oublié cette journée, devant le tribunal il raconte : "Je n'ai pas craint pour ma vie, mais c'était quand même un lynchage".

Images vidéos

Les images vidéos ont permis d'identifier cinq salariés dans la bousculade. Devant le tribunal, l'un des salariés identifiés conteste toute violence et parle de gestes involontaires "dans la bousculade". Pourtant les deux cadres ont été molestés, leur chemise arrachée. Les cinq salariés sont poursuivis pour violences en réunion et les prévenus risquent gros : jusqu'à trois ans de prison ferme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le directeur des ressources humaines d\'Air France lors du procès de la \"chemise arrachée\" au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 27 septembre 2016.
Le directeur des ressources humaines d'Air France lors du procès de la "chemise arrachée" au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 27 septembre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)