Air France : les nouvelles priorités d'une compagnie en crise

La démission du patron d'Air France, désavoué par les salariés, a accentué le flou dans lequel se trouve la compagnie. Son successeur devra en priorité rétablir le dialogue afin de sortir de la crise le plus rapidement possible.

France 2

La fatigue et l'inquiétude règnent. Au lendemain de la démission du PDG d'Air France, les salariés de la compagnie souhaitent sortir du conflit social, que la direction et les syndicats parviennent à dialoguer et, finalement à trouver un terrain d'entente. L'entreprise doit d'abord trouver un nouveau président : Jean-Marc Janaillac avait promis de démissionner en cas de rejet de ses propositions par les salariés. Hier, 4 mai, face au résultat de la consultation, il a agi en conséquence. Il restera en poste jusqu'au 15 mai prochain.

Une grève qui coûte cher

Une fois nommé, le nouveau patron devra en priorité tenter de sortir du conflit : la grève a déjà coûté 300 millions d'euros, la compagnie est déstabilisée. Enfin, Air France devra trouver les moyens d'assurer son avenir face à une concurrence exacerbée. Les syndicats ont maintenu leur préavis de grève pour les 7 et 8 mai prochains. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Marc Janaillac, le 27 juillet 2016, à Paris.
Jean-Marc Janaillac, le 27 juillet 2016, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)