Cet article date de plus de cinq ans.

Air France annule 13% de ses vols en raison d'une grève des hôtesses et stewards

Les 37% de grévistes recensés par Air France réclament le prolongement pour au moins cinq ans de l'accord d'entreprise fixant les règles de travail, de rémunération et de carrière.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion d'Air France à l'aéroport d'Orly, le 14 juin 2016. (IRINA KALASHNIKOVA / SPUTNIK /AFP)

Air France prévoit d'annuler 13% de ses vols, mercredi 27 juillet, alors que les hôtesses de l'air et les stewards de la compagnie entament une grève censée durer jusqu'au 2 août. La direction a rencensé 37% de grévistes : ils protestent contre le renouvellement pour 17 mois de l'accord d'entreprise fixant notamment les règles de travail, de rémunération et de carrière des personnels navigants commerciaux (PNC).

Dans un communiqué, Air France prévoit d'assurer 92% des vols long-courriers, 90% des vols intérieurs et plus de 80% des moyen-courriers à Roissy Charles-de-Gaulle. Des annulations ou retards de dernière minute sont toutefois possibles. "Les vols Air France opérés par un avion d'une autre compagnie, dont Hop !, KLM et Delta, ne sont pas concernés" par le mouvement de grève, précise la compagnie, sans mentionner la filiale low cost Transavia.

L'accord d'entreprise en question

Cinq syndicats appellent à la grève, du 27 juillet au 2 août. Pour obtenir la levée des préavis de grève, la direction a proposé début juillet de reconduire jusqu'en mars 2018 l'accord existant, "avec certaines modifications mineures", selon elle. Les syndicats ont refusé, réclamant une durée de cinq ans ou, à défaut, un accord à durée indéterminée comme les autres catégories du personnel.

"On ne se met pas en grève dans une telle période, au risque de compromettre le redressement d'Air France", a regretté dimanche le président d'Air France, Frédéric Gagey, dans les colonnes du Parisien, fustigeant ce mouvement qui intervient en plein chassé-croisé estival. La compagnie tricolore a renoué avec les bénéfices en 2015, une première "depuis six ans" selon son PDG, qui craint de voir les comptes revenir dans le rouge. En juin, une grève de quatre jours des pilotes a coûté environ 40 millions d'euros à Air France, contrainte d'annuler 20% de ses vols en moyenne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Air France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.