Cet article date de plus d'un an.

Aigle Azur placée en redressement judiciaire : "Cela pourrait être un bon bénéfice pour Air France"

Des avions cloués au sol et des milliers de passagers bloqués à l'étranger. La deuxième compagnie française, Air Azur a été placée en redressement judiciaire et tous ses vols sont annulés dès le vendredi 6 septembre au soir. Mais cette mauvaise nouvelle pour la compagnie et ses passagers pourrait bien arranger les affaires d'Air France.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Airbus de la compagnie Air Azur se prépare à atterrir à l'aéroport de Marignane à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 29 mars 2018.  (JEAN-PAUL PELISSIER / REUTERS)

"La fin d'Aigle Azur pourrait être un bon bénéfice pour Air France", c'est ce qu'affirme Loïc Tribot La Spière sur Franceinfo. Il est le délégué général du Centre d'études et de prospectives stratégiques (CEPS) et également économiste spécialiste du secteur du transport aérien. 

Le spécialiste de l'aviation réagissait au placement en redressement judiciaire de la compagnie Aigle Azur, ainsi qu'à l'annonce de l'annulation de tous ses vols dès le vendredi 6 septembre au soir et jusqu'à nouvel ordre.

La liaison France-Algérie c'était le fonds de commerce d'Aigle Azur.

Loïc Tribot La Spière

La deuxième compagnie française possède un nombre élevé de créneaux de vols et d'atterrissages : 9 800 par an. Cela pourrait être une aubaine pour Air France : "Une bonne partie de ces créneaux concernent la liaison France-Algérie puisque c'était le fonds de commerce d'Aigle Azur. Et il s'avère qu'Air France est bigrement intéressée par cette ligne", précise Loïc Tribot La Spière.

La compagnie Air France peu présente en Algérie

Car selon l'économiste, la compagnie Air France n'est pas aussi présente en Algérie que ce qu'elle souhaite : "La fin d'Aigle Azur pourrait être un bon bénéfice pour Air France qui est un peu en situation de carence à l'égard de l'Algérie. Ça lui permettrait d'avoir une position dominante sur l'Algérie, donc ça peut faire sens."

De leur côté, 1 150 salariés craignent de ne pas être repris. Les syndicats ont prévu une manifestation à Orly le samedi 7 septembre. Des milliers de voyageurs sont quant à eux bloqués à l'étranger, le gouvernement français tente d'organiser leur rapatriement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.