Aigle Azur : l'offre de reprise commune d'Air France et du groupe Dubreuil est "une lueur d'espoir" pour la CDFT

L'offre portée par le groupe Air France et le groupe Dubreuil pour reprendre la compagnie Aigle Azur est "la seule et unique option". "Il n'y a pas d'autres offres sérieuses", estime le secrétaire général de la CFDT pour le transport aérien.

Des salariés de la compagnie Aigle Azur, devant le ministère des Transports à Paris, le 9 septembre 2019.
Des salariés de la compagnie Aigle Azur, devant le ministère des Transports à Paris, le 9 septembre 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Nous sommes plutôt [favorables] sur l'offre cumulée du groupe Air France et du groupe Dubreuil", a déclaré Raphaël Caccia, secrétaire général de la CFDT pour le transport aérien, alors que la compagnie Aigle Azur a été placée lundi 16 septembre en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité jusqu'au 27 septembre.

"On a 48 heures pour aboutir à un accord de performance collective, pour convaincre les entreprises de se mettre autour de la table et de négocier les conditions de reprises, a expliqué Raphaël Caccia, s'il faut négocier pendant 48 heures, on négociera pendant 48 heures pour trouver un avenir aux salariés".

"Les salariés sont angoissés, inquiets, mais il y a quand même une lueur d'espoir. Cette lueur d'espoir, c'est Air France et le groupe Dubreuil. C'est la seule et unique solution", a-t-il estimé. "Cette offre cumulée permettrait de reprendre davantage de salariés, et notamment le personnel au sol. Dans les offres présentées par les deux groupes, il y a quand même un nombre significatif qui serait repris. Il n'y a pas d'autres offres de reprises sérieuses sur la table à l'heure où je vous parle", a conclu le secrétaire général de la CFDT pour le transport aérien.