Vinci Autoroutes renonce à faire payer les automobilistes qui avaient bénéficié des opérations "péage gratuit" des "gilets jaunes"

La société d'autoroutes estime que sa démarche a été "mal comprise". Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, l'avait jugée "incongrue".

Des \"gilets jaunes\" laissent un conducteur passer gratuitement à un péage sur l\'autoroute A10, à Blois (Loir-et-Cher), le 24 novembre 2018.
Des "gilets jaunes" laissent un conducteur passer gratuitement à un péage sur l'autoroute A10, à Blois (Loir-et-Cher), le 24 novembre 2018. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Vinci Autoroutes ne fera finalement pas payer les automobilistes qui étaient passés gratuitement à ses péages lors d'actions organisées par des "gilets jaunes". La société l'a annoncé dans un communiqué, mardi 18 décembre, un jour seulement après avoir annoncé qu'elle contacterait ces conducteurs pour leur demander de régulariser leur situation.

La société d'autoroutes affirme avoir "demandé aux usagers n'ayant pu s'acquitter du péage de le faire de façon différée" en réponse à la demande de "nombreux usagers" qui avaient "spontanément pris contact" avec elle pour régler leur note. Elle comptait envoyer des courriers aux automobilistes dont les plaques d'immatriculation auraient été détectées à l'entrée et à la sortie de ses autoroutes.

Une démarche "sans doute insuffisamment expliquée, donc mal comprise", estime aujourd'hui Vinci Autoroutes, qui "a décidé de renoncer à son application" après avoir constaté "un grand nombre de réactions négatives".

Mardi matin, sur franceinfo, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait jugé la demande de Vinci "très incongrue"