VIDEOS. Péage en feu, mariage sur l'autoroute... Sept scènes improbables lors des manifestations des "gilets jaunes"

Les manifestations ont parfois fourni des images inattendues. Si certaines semblent insolites et innocentes, d'autres témoignent toutefois d'une grande violence.

\"Chouchoune\" et \"Coco bel œil\" se marient, au péage de Tarbes-Est, dans les Hautes-Pyrénées, le 8 décembre 2018.
"Chouchoune" et "Coco bel œil" se marient, au péage de Tarbes-Est, dans les Hautes-Pyrénées, le 8 décembre 2018. (MAXPPP)

Ils ont commencé en freinant la circulation sur des ronds-points, parfois à la queue leu-leu et en musique. Depuis un mois, des "gilets jaunes" se mobilisent pour protester contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse de leur pouvoir d'achat. Certains tous les jours près de chez eux, d'autres le samedi, à Paris. Ce mouvement hétéroclite a donné à voir des scènes inattendues, tantôt innocentes, tantôt très violentes et même dangereuses. On vous raconte ces moments de contestation que personne n'a vu venir.

1Un camion en feu sur une barrière de péage

Dans les vidéos de la scène, on peut entendre des rires, mais ils cessent vite. Samedi 1er décembre, au péage de Croix-Sud, à Narbonne (Aude), des "gilets jaunes" ont offert aux automobilistes l'entrée gratuite sur l'autoroute A9, toute la journée. Mais la situation a dégénéré dans la soirée, avec l'arrivée de manifestants violents.

Les locaux du peloton de gendarmerie ont été incendiés. La barrière de péage aussi quand un camion de levage y a fait tomber une camionnette en feu. Comme le montre cette vidéo, le camion a basculé et des témoins ont accouru pour venir en aide au conducteur. Au moins cinq personnes ont été interpellées après ces dégradations, précise L'Indépendant.

@HENRY_ROMAIN / TWITTER

2Une préfecture incendiée

C'était le 1er décembre 2018 aussi. Une foule déchaînée a attaqué la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay. Pavés et cocktails Molotov sont jetés sur le bâtiment, alors que des employés se trouvent toujours à l'intérieur. "Vous allez griller", entend-on crier. "Personne n'avait jamais vu ça", raconte le préfet de Haute-Loire, à France 2. Ce jour-là,18 gendarmes et policiers ont été blessés et 13 interventions des pompiers ont été nécessaires pour circonscrire les incendies.

COMPLÉMENT D’ENQUÊTE / FRANCE 2

3Un mariage sur une autoroute

Le jaune fluo peut aussi être la couleur de l'amour. C'était le cas, samedi 8 décembre, au péage de Tarbes-Est, dans les Hautes-Pyrénées. "Chouchoune" et "Coco bel œil", deux "gilets jaunes" qui se sont rencontrés sur le barrage, y ont célébré leur mariage fantasque. "Vu la conjoncture actuelle, vous allez devoir vivre d'amour et d'eau fraîche, et de la soupe populaire", a déclaré "la mairesse des jaunes", avant de les unir symboliquement, dans un discours ponctué d'insultes envers Emmanuel Macron.

4Des blindés dans Paris

C'était leur première sortie dans la capitale. Douze véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG) étaient déployés à Paris, samedi 8 décembre. "Il y a déjà eu des mises en alerte de véhicules blindés à la faveur d'émeutes il y a quelques années en banlieue. En revanche, c'est la première fois qu'ils sont engagés dans cette configuration et ce volume", a expliqué le directeur général de la gendarmerie nationale, Richard Lizurey. La sortie de ces véhicules a d'ailleurs déclenché une polémique, en raison d'un équipement particulier à bord : "un diffuseur lacrymogène" plus puissant que les grenades classiques, d'abord présenté comme une "arme secrète" par Marianne.

Un véhicule blindé de la gendarmerie, près des Champs-Elysées, à Paris, le 8 décembre 2018.
Un véhicule blindé de la gendarmerie, près des Champs-Elysées, à Paris, le 8 décembre 2018. (BERTRAND GUAY / AFP)

5Le tournage d'un clip de rap

Les blindés de la gendarmerie n'ont pas empêché certains de sortir dans Paris, même sans gilet jaune, samedi 8 décembre. Un jeune rappeur, dont on ignore l'identité, a profité de cette journée pour tourner un clip avec pour décor un défilé de "gilets jaunes".

6Une partie de volley au-dessus des CRS

"CRS-ball" ou "flic-volley" ? Dans un défilé de "gilets jaunes" à Paris, des manifestants ont improvisé des parties de volley, avec les forces de l'ordre en guise de filet, sous la tour Saint-Jacques, dans le 4e arrondissement.

7Un homme torse nu face à un canon à eau

Sur les Champs-Elysées, le 24 novembre, plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont marché, scandé des slogans et fait face aux forces de l'ordre, avec parfois une grande violence. Entre les barricades et jets de pavés des manifestants et les répliques policières, à coups de flash-ball et de grenades lacrymogènes, un "gilet jaune" s'est fait remarquer.

Alors que des manifestants avançaient en poussant du mobilier de terrasses voisines face à un canon à eau, celui-ci a décidé de tomber le gilet fluo, le pull et le tee-shirt, pour se retrouver torse nu, avec ses lunettes de piscine. Un genou et un poing à terre, il a même, un bref moment, pris une pose de super-héros près à décoller. Mais il s'est simplement levé pour invectiver les forces de l'ordre.

REUTERS