VIDEO. "Vous terrorisez les gens" : échange tendu entre une sympathisante LREM et des "gilets jaunes" en marge du déplacement d'Emmanuel Macron

En marge du déplacement d'Emmanuel Macron à Valence, des "gilets jaunes" ont eu un échange tendu avec une sympathisante LREM. 

FRANCEINFO

Alors que le chef de l'État est à Valence, jeudi 24 janvier, dans le cadre du grand débat national à la rencontre d'élus, des "gilets jaunes" continuent de manifester sur sa route. Une centaine de personnes se sont regroupées derrière des barrières à plusieurs centaines de mètres de la préfecture de la Drôme, où se trouve Emmanuel Macron. 

"Je ne comprends pas ce mouvement" 

Le rassemblement s'est déroulé sans violence même si le ton est monté lorsqu'une électrice de La République en marche s'est approchée. "Je ne comprends pas ce mouvement. Je trouve que ce sont des gens qui se sont laissés intoxiquer par les idées de Mélenchon et de Le Pen", explique cette femme.

"On ne veut pas parler avec lui [Emmanuel Macron]", lui répond un manifestant. "On veut une première démocratie, pas d'une sixième République", poursuit-il encore, en référence à la proposition de Jean-Luc Mélenchon de changer de régime.

"C'est du terrorisme", lance la sympathisante LREM. "Vous terrorisez les gens, quand on passe en voiture et qu'on nous bloque, on nous terrorise", poursuit-elle. 

"C'est nous qui bossons dans les usines !" 

Cette femme de 60 ans assure qu'elle est au chômage et touche le RSA. Mais "si j'en suis là, c'est plus de ma faute que celle de Macron", dit-elle. "Il faut rebondir, se prendre en main, il faut se sortir les doigts du c**", poursuit-elle. Une phrase qui provoque la colère et l'indignation des "gilets jaunes".

"Mais vous rigolez, c'est nous qui nous levons à 6 heures du matin pour aller bosser dans les usines et on arrive pas à finir les fins de mois !" lance une femme en colère, alors que d'autres manifestants scandent "Macron démission". 

Echange tendu à Valence entre \"gilets jaunes\" et une sympathisante LREM, le 24 janvier. 
Echange tendu à Valence entre "gilets jaunes" et une sympathisante LREM, le 24 janvier.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)