VIDEO. Les policiers confisquent à cette photographe son matériel de protection lors d'une manif, elle témoigne

"Ils m'ont rendue hyper vulnérable." La photojournaliste Véronique de Viguerie dénonce auprès de franceinfo l'attitude des forces de l'ordre. Samedi, à Paris, les policiers lui ont retiré son matériel alors qu'elle couvrait la mobilisation des "gilets jaunes". 

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Il est aux alentours de 9 heures, samedi 8 décembre, lorsque Véronique de Viguerie observe, devant le Louvre, à Paris, quatre personnes se faire interpeller par la police. La photojournaliste, qui travaille pour le Washington Post, s'apprête à couvrir l'acte 4 de la mobilisation des "gilets jaunes". "J'ai pris une photo et tout de suite les policiers sont venus vers moi et m'ont demandé de fouiller mon sac", raconte-t-elle à franceinfo. D'après son récit, les forces de l'ordre lui confisquent ses deux casques de protection estampillés "presse", ses deux masques, mais également "des protections de peintre pour se protéger des gaz lacrymogènes". 

La dernière photo prise par Véronique de Viguerie, le 8 décembre 2018 à Paris, avant la confiscation de son matériel de protection par les forces de l\'ordre. 
La dernière photo prise par Véronique de Viguerie, le 8 décembre 2018 à Paris, avant la confiscation de son matériel de protection par les forces de l'ordre.  (VERONIQUE DE VIGUERIE)

Véronique de Viguerie dit leur avoir montré sa carte de presse, sans succès : "Ils m'ont expliqué qu'ils n'en avaient rien à faire." 

Quand je leur ai demandé comment j'allais pouvoir récupérer mon matériel, ils ont rigolé et m'ont dit que ça allait être brûlé.

Véronique de Viguerie

à franceinfo

D'après la reporter, les policiers lui ont expliqué qu'ils souhaitaient "le moins de monde possible à la manifestation". "En nous privant donc de protections, ils espéraient qu'on ne puisse pas y aller, ajoute-t-elle. J'ai bien dit que j'allais quand même y aller et qu'ils me rendaient hyper vulnérable." Pour la photoreporter, pas le choix : "Je suis en commande pour le Washington Post, il faut que j'aille faire mon métier."

Le casque estampillé \"presse\" de Véronique de Viguerie avant que celui-ci ne soit confisqué par les forces de l\'ordre, le 8 décembre 2018, à Paris. 
Le casque estampillé "presse" de Véronique de Viguerie avant que celui-ci ne soit confisqué par les forces de l'ordre, le 8 décembre 2018, à Paris.  (VERONIQUE DE VIGUERIE)

Véronique de Viguerie est d'autant plus étonnée qu'elle a couvert la précédente mobilisation du 1er décembre et que le discours des forces de l'ordre était tout autre. "J’avais juste pris des lunettes de protection et je n’avais pas de casque. Je m'étais fait engueuler par les CRS qui m’avaient dit que c’était de la folie, qu’il y avait plein de projectiles qui passaient d’un côté et de l’autre et qu’il fallait absolument venir casquée à ce genre de manifestations", se souvient-elle.

Si la journaliste tient à préciser qu'elle ne met pas tous les CRS dans le même sac, elle souligne néanmoins que "certains étaient hyper haineux à l'égard des journalistes et des médias". A la fin de la journée, accompagnée d'une consœur, elle affirme même "s'être fait traiter de 'sales putes' par un CRS". Décidée à ne pas en rester là, elle réfléchit à porter l'affaire en justice dans les jours qui viennent. De son côté, le ministère de l'Intérieur indique à franceinfo être en train d'étudier les différents incidents entre journalistes et forces de l'ordre survenus lors de la  mobilisation de samedi.

Véronique de Viguerie, photoreporter, lors d\'un entretien avec franceinfo, le 10 décembre 2018.
Véronique de Viguerie, photoreporter, lors d'un entretien avec franceinfo, le 10 décembre 2018. (FRANCEINFO)