Complément d'enquête, France 2

VIDEO. La colère monte contre l'IGPN, soupçonnée de bâcler ses enquêtes sur les violences policières

La police des polices bâclerait-elle certaines de ses enquêtes ? Tous les vendredis, "gilets jaunes" et collectifs de banlieue réclament la démission de sa directrice. Pourquoi la moitié des plaintes déposées pour soupçons de violences policières lors du mouvement ont-elles été classées sans suite ? Extrait de "Complément d'enquête".

COMPLÉMENT D’ENQUÊTE / FRANCE 2

Cette institution qu'ils connaissaient mal il y a encore quelques mois est devenue la cible de leur colère. Depuis des semaines, chaque vendredi, "gilets jaunes" et collectifs de banlieue réclament la démission de sa directrice, Brigitte Jullien. Ils accusent l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) de bâcler des enquêtes sur les violences policières – un terme que la patronne de la police des polices "réfute totalement".

"Il s'est fait tirer dessus devant moi"

"Vingt-sept points de suture, extérieur et intérieur", précise David en montrant son visage couturé. Le jeune homme affirme avoir été blessé par un tir de Flash-Ball lors d'une manifestation près des Champs-Elysées, en mars 2019. La scène a été filmée par un activiste, Loïc. Selon lui, David n'avait "rien fait". Aucun des deux ne comprend pourquoi sa plainte a été classée sans suite, alors que plusieurs personnes sont prêtes à témoigner.

"On ne m'a même pas interrogé, alors que je suis témoin direct !"

"Il s'est fait tirer dessus devant moi, explique Loïc. On ramène des témoins, des vidéos témoignant de ce qui s'est passé. Moi, je vais jusqu'à l'IGPN pour dire que je suis prêt à témoigner, avec les numéros et les coordonnées de plusieurs témoins. Aucun d'entre nous n'est convoqué. Et à la fin, j'apprends qu'il y a un classement sans suite ? Comment c'est possible ? On ne m'a même pas interrogé, alors que je suis témoin direct !"

L'IGPN a refusé les demandes d'interview de "Complément d'enquête". Depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", ses services ont été saisis de 313 enquêtes pour soupçons de violences policières. La moitié a été transmise à la justice.

Extrait de "Les bœufs-carottes se mettent à table", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 10 octobre 2019.

La colère monte contre l\'IGPN, soupçonnée de bâcler ses enquêtes sur les violences policières
La colère monte contre l'IGPN, soupçonnée de bâcler ses enquêtes sur les violences policières (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)