Cet article date de plus de deux ans.

Vendée : six "gilets jaunes" condamnés à des peines de prison pour avoir incendié plusieurs radars en une nuit

En une seule nuit, ils avaient incendié onze radars dans tout le département et avaient baptisé leur action "opération Johnny" en référence à la chanson "Allumer le feu".

Article rédigé par
Avec France Bleu Loire Océan - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un radar incendié à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, en Ille-et-Villaine. (illustration) (DAMIEN MEYER / AFP)

Six Vendéens ont été condamnés lundi 4 février à des peines allant de six mois avec sursis à quatre mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon. Ils ont pris part à des incendies coordonnés sur plusieurs radars du département de la Vendée à la mi-janvier, rapporte France Bleu Loire Océan. En une nuit, onze radars ont été incendiés. Les prévenus comparaissaient pour en avoir incendié deux.

"Opération Johnny"

Une action préméditée et concertée que les "gilets jaunes" avaient baptisé "Opération Johnny", sans doute en référence à sa chanson Allumer le feu, précise France Bleu Loire Océan. Les prévenus s'étaient organisés pendant une "réunion de convergence" et avaient pour objectif de détruire tous les radars du département. Ils ont notamment utilisé des bidons d'huile, des pneus et des allume-feux pour barbecue.

Les six prévenus formaient deux équipes de trois. Il y a eu au moins une troisième équipe, et sans doute d'autres, l'enquête se poursuit. Les six prévenus ont été interpellés grâce à un témoin qui a vu la plaque d'immatriculation de leur véhicule, alors qu'ils quittaient les lieux de l'incendie. À l'audience, ils ont exprimé des regrets et ont dit avoir été emportés par "l'effet de groupe".

Un remboursement des radars ?

Les peines vont de six à huit mois avec sursis pour ceux qui ont un casier judiciaire vierge, et quatre mois ferme pour celui présenté comme le meneur d'un groupe local, et qui présente des antécédents judiciaires. Les prévenus auront peut-être aussi les dégâts à rembourser. Une audience au civil aura lieu au mois de mai. Pour seulement deux radars, il y en a pour 100 000 euros de dégâts.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers "Gilets jaunes"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.