"Gilets jaunes" : un élu du Rassemblement national condamné à 2 000 euros d'amende avec sursis pour transport de produits explosifs avant une manifestation

Le conseiller municipal RN de 27 ans a été condamné avec un autre homme du même âge pour avoir transporté des produits explosifs avant la manifestation des "gilets jaunes" samedi 2 février à Valence.

Des \"gilets jaunes\" participent à la mobilisation organisée le 2 février à Valence.
Des "gilets jaunes" participent à la mobilisation organisée le 2 février à Valence. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Deux hommes âgés de 27 ans, l'un conseiller municipal RN à Tarare dans le Rhône, l'autre, serrurier au chômage, ont été condamnés lundi 4 février à 2 000 euros d'amende avec sursis chacun et l'interdiction de détenir et transporter une arme pendant cinq ans. Ils avaient transporté des produits explosifs avant la manifestation des "gilets jaunes" du samedi 2 février à Valence, rapporte France Bleu Drôme Ardèche

Hachette et explosifs artisanaux

Dans le coffre de leur voiture se trouvaient une hachette de 35 centimètres de long mais aussi un casque de moto. Des pétards de poudre noire, ainsi qu'un engin explosif artisanal ont été retrouvés dans leur sac à dos. En plus de ces produits, une sorte de mini-grenade fabriquée à partir du cylindre en carton d'un rouleau de papier toilette contenant des billes de plastique a été retrouvée. Un engin que le jeune élu du Rhône avoue avoir fabriqué lui-même il y a près de deux ans dans le cadre de son loisir favori : l'airsoft.

Du matériel "oublié" dans leurs affaires

Pendant l'audition, les deux hommes ont affirmé que c'était la première manifestation des "gilets jaunes" à laquelle ils voulaient participer. Les casques étaient là selon eux pour se protéger. Quant à la hachette, il s'agit d'un outil de travail oublié dans la voiture de l'entreprise du père de l'un d'eux. Les pétards sont aussi "un oubli" dans leurs sacs à dos d'airsoft.

À l'issue de leur procès, les deux hommes ont remercié les gendarmes pour le respect avec lequel ils avaient été traités pendant leur garde à vue. En tout, 18 personnes ont été interceptées avant la manifestation des "gilets jaune", samedi dernier à Valence.