Un escape game à Toulouse propose de "tuer" Emmanuel Macron dans l'un de ses scénarios

À la fin du jeu, les joueurs ont trois choix : le libérer, le poursuivre en justice, ou le tuer. C'est cette dernière issue qui fait polémique sur les réseaux sociaux.

Article rédigé par
France Bleu Occitanie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Un Escape Game à Toulouse propose de tuer le Président Emmanuel Macron dans l'un de ses scénarios, rapporte France Bleu Occitanie ce samedi 10 octobre. Le président de la République a disparu, et les joueurs doivent le retrouver en tentant de résoudre des énigmes, grâce à des indices. 

Dans les différentes salles, on retrouve des références à des polémiques liées au quinquennat d'Emmanuel Macron, comme le coffre d'Alexandre Benalla. Dans la dernière salle, les joueurs tombent sur une mascotte qui représente le président. "Il est un petit peu abîmé. Il y a du sang", décrit la gérante et ancienne "Gilet Jaune", Camille.

C'est une allégorie autour des violences policières. Œil pour œil, dent pour dent

Camille, la gérante

à France Bleu Occitanie

"Je ne pense pas que le message soit clairement 'Kidnappez Manu et faites n'importe quoi avec le président.' J'ai fait de l'ironie avec des choses qui sont factuelles et des choses qui me semblent parfois aberrantes", développe-t-elle.

"Le fait de proposer de le tuer, c'est plus un exutoire jouissif. Et il y a aussi un côté sociologique. Je ne le proposais pas au début. Depuis que je le propose, ils le choisissent d'eux-mêmes. Je pense que ça veut aussi dire quelque chose sur la légitimité du Président à un moment donné", ajoute Camille.

Des menaces de mort et de viol contre la gérante

Pour certains, ça ne passe pas. Camille a reçu des menaces. "On m'a souhaité des contrôles fiscaux plusieurs fois", sourit-elle. Mais Camille a aussi reçu des menaces de mort et de viol. Elle envisage donc de modifier le scénario pour proposer simplement de destituer le président. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.