Traque de Cherif Chekatt : le syndicat de police Alliance appelle les "gilets jaunes" à "suspendre leur mouvement"

Depuis plusieurs semaines, les policiers doivent aussi encadrer les manifestations de "gilets jaunes" ainsi que les manifestations de lycéens.

Barrage filtrant pont de Kehl à Strasbourg.
Barrage filtrant pont de Kehl à Strasbourg. (MARC ROLLMANN / MAXPPP)

Invité de franceinfo jeudi 13 décembre, le secrétaire national du syndicat de police Alliance Stanislas Gaudon a appelé les "gilets jaunes" à "suspendre leur mouvement" le temps de la traque de Cherif Chekatt, l'auteur présumé de l'attentat sur le marché de Noël de Strasbourg mardi soir.

"La police sur tous les fronts depuis quatre ans"

"Si les 'gilets jaunes' pouvaient suspendre leur mouvement le temps qu'on puisse souffler et qu'on puisse notamment s'occuper de cet individu, et s'occuper de la sécurisation des lieux en cette période de fêtes", a-t-il suggéré, en rappelant que "la police est sur tous les fronts depuis quatre ans".

Depuis plusieurs semaines, les policiers doivent aussi "assurer les manifestations de 'gilets jaunes' non déclarées, assurer les manifestations de lycéens qui posent un problème et qui ont d'ailleurs posé un problème [mardi soir] à Strasbourg puisque les deux compagnies de CRS étaient mobilisées sur des manifestations lycéennes", a pointé Stanislas Gaudon.

La traque se poursuit

La police nationale a lancé mercredi un appel à témoins pour retrouver Cherif Chekatt, mais cela ne veut pas dire, selon Stanislas Gaudon, que l'enquête est dans une impasse. "Il ne faut pas faire de procès d'intention", a-t-il averti.

"Le temps médiatique n'est pas le temps judiciaire ni le temps de la traque. Rappelez-vous, en janvier 2015, avec la traque des frères Kouachi, ça a pris quelques jours mais nous sommes arrivés à nos fins", a expliqué Stanislas Gaudon, assurant que "l'ensemble des forces de sécurité sont mobilisées" pour retrouver l'auteur présumé de l'attentat de Strasbourg.