Taxe carburants gelée, prime d'activité augmentée... Le Sénat adopte en première lecture le projet de budget 2019 modifié en urgence

Le texte a été approuvé par 200 voix contre 98 et 45 abstentions.

Gérard Larcher, président du Sénat, quitte l\'Elysée, à Paris, le 10 décembre 2018. 
Gérard Larcher, président du Sénat, quitte l'Elysée, à Paris, le 10 décembre 2018.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Adopté, mais largement modifié. Le Sénat, à majorité de droite, a approuvé mardi 11 décembre en première lecture l'ensemble du projet de budget pour 2019, par 200 voix contre 98 et 45 abstentions. Le texte inclut le gel de la hausse de la taxe carburants, proposé par la droite, et désormais validé par le gouvernement sous la pression du mouvement de contestation des "gilets jaunes". A également été adopté un dispositif présenté in extremis par le gouvernement, permettant d'accélérer la hausse de la prime d'activité, un des leviers pour augmenter de 100 euros par mois les salariés au smic, comme promis par Emmanuel Macron.

Philippe Dallier, sénateur Les Républicains, a fustigé "un calendrier bouleversé jusqu'à la dernière minute, du jamais-vu, par un mouvement social que ni le président de la République, ni le gouvernement n'ont senti venir, enfermés dans leurs certitudes".

Un déficit de 3,4%, au-delà de la règle européenne

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a chiffré à 2,5% le déficit public, sans compter la pérennisation du Crédit d'impôt compétitivité entreprise (CICE), un allégement de charges pour les entreprises, qui se chiffre à 40 milliards d'euros. 

Si on intègre la bascule du CICE, le déficit passe à 3,4%, soit au-dessus de la fameuse règle européenne d'un déficit public inférieur à 3% du PIB. Mais c'est un chiffre "avant gages", en d'autres termes avant "les mesures d'économie qui seront présentées à l'Assemblée en nouvelle lecture", a précisé une source gouvernementale à l'AFP.