Soupçons de fichage de "gilets jaunes" dans les hôpitaux parisiens : "Le Canard enchaîné" publie des extraits du document

L'hebdomadaire prouve que le fichier comporte des informations relevant du secret médical, contrairement à ce qu'avait affirmé l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). 

Des \"street medics\" venant en aide à un manifestant blessé dans les rues de Paris, le 20 avril 2019. 
Des "street medics" venant en aide à un manifestant blessé dans les rues de Paris, le 20 avril 2019.  (JEREMIAS GONZALEZ / AFP)

Une semaine après les premières révélations sur les soupçons de fichage de "gilets jaunes" dans les services d'urgence de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Le Canard enchaîné remet le couvert. L'hebdomadaire publie, mercredi 24 avril, des extraits de ce fichier, prouvant qu'il comporte des informations relevant du secret médical. 

>> Trois questions pour comprendre l'affaire du fichage de "gilets jaunes" dans les hôpitaux parisiens

Une plainte déposée

Mercredi dernier, l'hebdomadaire a révélé que les hôpitaux parisiens recensaient les personnes blessées lors des manifestations des "gilets jaunes", dans un fichier appelé "SI-VIC" (système d'information pour le suivi des victimes), mis en place après les attentats de 2015 pour faciliter l'identification des victimes d'attaques.

Sébastien Maillet, un manifestant qui avait eu la main arrachée par une grenade GLI-F4, a immédiatement dénoncé un fichage qui a "pour objectif de créer une liste de personnes militantes". Il a porté plainte pour "collecte illicite de données à caractère personnel" et "violation du secret professionnel".

La question du secret médical

Dans un communiqué, l'AP-HP a reconnu l'utilisation de ce fichier, conformément à la demande de l'Agence régionale de Santé (ARS). Ce fichier est utilisé "en cas de situations sanitaires exceptionnelles", affirme le document, considérant que certaines manifestations des derniers mois "ont été des événements sanitaires importants", avec "plusieurs centaines de blessés". Le communiqué affirme cependant que "dans le respect du secret médical", le fichier "ne comporte (...) aucune donnée sur la nature des blessures prises en charge". 

Une affirmation que contredit Le Canard enchaîné dans son article de mercredi. Le journal publie des extraits du fichier, comportant des éléments relevant bien du secret médical : "tuméfaction ORL : plaie oreille", "traumatisme main gauche", "plaie œil et trauma mâchoire"... 

"Chaussettes vertes à petits pois"

En plus de comporter des informations personnelles – sexe, date de naissance, nom ou adresse –, le fichier comporterait aussi des descriptions physiques et vestimentaires des patients. "Chaussettes vertes à petits pois, cheveux courts, manque petit orteil pied droit", peut-on notamment lire dans un extrait publié par Le Canard enchaîné.

L'hebdomadaire précise que le fichier est renseigné en temps réel par les hôpitaux et consultable par les ministères de la Santé, de l'Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères. "L'inscription d'Untel résidant à telle adresse, pris en charge à 16h46 pour un tir de flashball à l'hôpital Cochin, représente une info en or pour les flics qui voudraient le cueillir ou simplement enrichir leur répertoire de manifestants", accuse le journal.