"Samedi, on va certainement tirer sur un manifestant" : un avocat relaie la peur des policiers avant la nouvelle mobilisation des "gilets jaunes"

Maître Laurent-Franck Liénard dit avoir été contacté par de nombreux policiers partout en France.

"Beaucoup de mes clients [policiers] m'ont appelé en me disant 'on va certainement devoir tirer sur des gens samedi', ils se sentent en danger", a prévenu jeudi 6 décembre sur franceinfo Maître Laurent-Franck Liénard, avocat de policiers. Il les appelle sur Facebook à garder leur sang-froid samedi, pour la quatrième mobilisation des "gilets jaunes".

franceinfo : Vous avez lancé un appel sur votre compte Facebook pour inviter les policiers et gendarmes à garder leur sang-froid. Pourquoi faire passer ce message ?

Laurent-Franck Liénard : Beaucoup de mes clients m'ont appelé pour me dire qu'ils avaient été à deux doigts d'ouvrir le feu samedi dernier, à Paris et ailleurs. Ils se sont sentis vraiment en danger et mis en cause à titre personnel parce que les gens venaient casser, voire tuer du flic. Ils me demandaient s'ils étaient légitimes à ouvrir le feu dans cette situation-là. J'étais bien obligé de dire que oui, la légitime défense s'applique en maintien de l'ordre, qu'on pouvait - quand sa vie est en jeu - dégainer son arme et tirer. Mais cela m'a semblé important de leur rappeler qu'on est dans une situation sociale critique : si un tir était effectué sur un manifestant, nous ne maîtriserions pas du tout les conséquences. Et ils n'étaient pas qu'à Paris : j'ai des gendarmes qui m'ont appelé du fin fond de l'Ardèche, dans la campagne, pour me dire qu'ils avaient sorti leurs armes. Les individus en face étaient très violents, munis de haches.

Qu'est-ce qu'il se passe dans la tête des policiers ces jours-ci ? Qu'est-ce qu'ils vous ont faire remonter ?

Sous l'uniforme, on a des gens normaux, des pères de famille qui se lèvent le matin pour aller travailler et qui n'ont qu'une envie : rentrer chez soi le soir indemne et n'ayant provoqué de blessure chez personne. Le but d'un policier, ce n'est pas de taper du manifestant, mais juste d'essayer de faire le travail correctement. Ils se sont retrouvés devant 200 personnes qui voulaient les étriper, ils ne s'attendaient pas du tout à cela. Ils m'ont dit qu'ils avaient été effrayés par le degré d'engagement de ceux qu'ils avaient en face et de cette volonté de tuer : certains ont pris des coups de couteau ou d'énormes pavés sur la tête. Avec la fatigue, le ras-le-bol généralisé chez les policiers depuis plusieurs années, il peut y avoir un drame. Les policiers aujourd'hui, soit ils se suicident, soit ils dépriment : il y a un souci dans cette catégorie socio-professionnelle. Ce sont des gens chargés de notre sécurité, mais qui sont très maltraités et très mal vus. Aujourd'hui, ils n'en peuvent plus. La violence de cet affrontement plus le terreau sur lequel il intervient, il y a une conjonction de facteurs qui militent pour le drame aujourd'hui.

Vous avez senti une peur de la bavure ?

La bavure, c'est un terme journalistique, que n'utilisent pas les policiers. Ils parlent de "violence légitime" et "violence illégitime". Mais j'ai senti que beaucoup savent qu'ils risquent de tirer : ils ne veulent pas l'admettre parce qu'ils ne veulent pas tirer sur un manifestant, mais en même temps c'est inéluctable. Un schéma les amène à dire 'samedi, on va certainement tirer sur un manifestant'. C'est ce qui me revient. J'ai des gens qui m'appellent en disant 'on est en train de passer des stades de violence les uns après les autres et samedi, on va certainement devoir tirer sur des gens'. Ce sont des agents avec des qualités professionnelles remarquables. Dans n'importe quel pays, samedi dernier, on aurait tiré sur les gens. Nos policiers sont complètement en retenue. Je les appelle à encore plus de retenue, c'est-à-dire à tirer uniquement s'ils peuvent sauver des vies avec leur arme. Si vous prenez la violence de samedi dernier et que vous rajoutez l'élément qui manque et qu'on a eu à Villiers-le-Bel [en 2007, deux mineurs décédés à la suite d'un accident de la circulation avec une voiture de police] ou à Beaumont-sur-Oise [l'affaire Adamé Traoré en 2016], ou bien un dingue avec un fusil, vous créez vraiment une guerre civile. Il suffirait que les fusils entrent dans Paris samedi pour qu'on débouche sur quelque chose d'ingérable.

Maître Laurent-Franck Liénard le 6 décembre 2018 sur franceinfo.
Maître Laurent-Franck Liénard le 6 décembre 2018 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)