Richard Ferrand : "Les forces de l'ordre prennent tout sur elles"

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, est l'invité du Journal de France 3.

Est-ce que l'opération de samedi 1er décembre a été mal préparée ? "Ceux qui font face lorsqu'il y a des agressions, une haine, une violence hallucinante, ce sont des Français comme vous et moi, mais qui ont fait le choix de s'engager pour nous protéger", commence à répondre le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, invité sur le plateau de France 3. Sur la préparation de l'opération de samedi 1er décembre, il répond que "tout un dispositif de protection avait été mis en place. Le service d'ordre à la française vise à éviter le plus grand nombre de contact, par conséquent ce sont les forces de l'ordre qui prennent tout sur elles".

La dissolution de l'Assemblée nationale proposée par certains chefs de parti

Les chefs de partis ont été reçus, lundi 3 décembre à Matignon. Parmi leurs propositions figure la dissolution de l'Assemblée nationale. Est-ce la solution devant cette crise ? "C'est surtout la solution de ceux qui ont perdu les élections. Vous avez, à l'extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon, à l'extrême droite Marine Le Pen, tous les deux ont perdu les élections présidentielles et législatives. Et là ils se disent, avec un cynisme assez invraisemblable, voilà qu'il y a une crise sociale assez incontestable, une colère forte qui s'exprime, on va essayer de récupérer tout ça pour voir si on ne peut pas, sur le dos des 'gilets jaunes', se refaire un peu d'influence politique", argumente Richard Ferrand.

Le JT
Les autres sujets du JT
Richard Ferrand à l\'Assemblée, en juillet 2018. 
Richard Ferrand à l'Assemblée, en juillet 2018.  (GERARD JULIEN / AFP)