Restitution biaisée du grand débat : "Une polémique inutile qui n'est pas fondée" pour Emmanuelle Wargon

La secrétaire d'Etat à la Transition écologique a réagi vendredi à l'enquête de franceinfo qui montre des approximations dans la restitution du grand débat.

Cahier de doléances pour le grand débat national à Bayonne.
Cahier de doléances pour le grand débat national à Bayonne. (VALÉRIE MENUT / FRANCE-BLEU PAYS BASQUE)

Le gouvernement a-t-il gonflé les chiffres de participation au grand débat national ? Le nombre de contributeurs a été surestimé de 260 000 personnes, selon les informations de franceinfo qui a épluché les documents de synthèses sur les contributions des Français. 

"Je regrette vraiment cette polémique (…) inutile et qui n'est pas fondée", a réagi vendredi 12 avril sur franceinfo Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, chargée d'animer le grand débat avec Sébastien Lecornu, le ministre chargé des Collectivités territoriales. Selon elle, "on est vraiment dans une interprétation des faits qui n'est pas la bonne".

"Ce qui n'a pas été traité pour le début de semaine, le sera d'ici quelques semaines exhaustif à 100% courant mai", a assuré, Emmanuelle Wargon.

franceinfo : quelle est votre réponse à cette enquête de franceinfo sur les chiffres du grand débat, la restitution biaisée ?

Emmanuelle Wargon : Je regrette vraiment cette polémique parce qu'au lieu de se féliciter collectivement du succès d'un exercice de démocratie qui a bien fonctionné, on est vraiment dans une interprétation des faits qui n'est pas la bonne. En ce qui concerne l'exploitation des contributions, le gouvernement a dit, les garants surtout ont dit que nous avions exploité toutes les contributions qui étaient arrivées sur la plate-forme, 1,9 million exactement. Les contributions issues des conférences avec les citoyens tirés au sort, là ça concerne, 20 conférences et 1 500 personnes, et environ 60% de ce que nous appelons 'les contributions libres' qui sont les cahiers et les courriers. Nous l'avons dit, c'est public, c'est sur le site du grand débat, c'est dans le rapport des garants. Ils ont confirmé que cette matière était suffisante pour que la restitution soit honnête et crédible. La raison pour laquelle nous n'avons pas exploité 100% encore c'est simplement que tout a été clôturé mi-mars, que des cahiers et courriers arrivent encore, même si normalement c'est fini. Nous nous sommes engagés à exploiter 100%. Ce qui n'a pas été traité pour le début de semaine, le sera d'ici quelques semaines, exhaustif à 100% courant mai.

Pourquoi avoir organisé une restitution lundi alors que tout n'était pas encore analysé ?

Je vous renvoie au rapport des garants qui ont considéré que la quantité de matières analysées était suffisante pour que la restitution soit honnête et crédible. Nous avions besoin d'un délai compatible avec la prise de décision politique, pour pouvoir restituer la parole des Français qui ont participé, pour qu'ensuite le temps des décisions puisse venir. C'est une polémique inutile et qui n'est pas fondée. Nous avons 506 000 personnes exactement qui se sont exprimées sur la plateforme grandebat.fr, pour le reste, par définition, ce sont des estimations. Les réunions locales, on estime à environ 50 personnes par réunion, pour 10 000 réunions, c'est de l'ordre de 500 000 [personnes]. Si on creuse. Une enquête qui a été faite par le Cevipof dit qu'on est autour de 70 [personnes par réunion locale], on est entre 500 et 700 000 [personnes]. Pour les courriers et les contributions dans les cahiers, le chiffre exact, c'est 20 000 cahiers avec 22 pages par cahier. Si on multiplie 20 000 par 22 pages par cahier ça fait environ 400 000 et si on ajoute les 30 000 courriers qu'on a reçus, ça fait 430 000. Quand on arrondit à 1,5 million on est dans le bon ordre de grandeur, sachant qu'on a toujours dit que cette opération était un débat et pas un sondage.

Lundi, vous avez évoqué une analyse exhaustive des contributions et non pas une estimation. On a pris trois mois pour organiser le grand débat. Si l'analyse de 100% des contributions arrive dans quelques semaines alors qu'Emmanuel Macron prend la parole lundi prochain, que faire des contributions de ceux qui ont laissé des messages dans les cahiers qui ne seront pas lus d'ici-là ?

Je voudrais répéter ce que j'ai dit lundi, nos principes sont : pluralisme, exhaustivité et transparence. Tout ce que nous traitons est en ligne. Les principes sont en ligne, la méthodologie est en ligne, le rapport des garants est en ligne. Exhaustivité. Tout sera traité. On aura le traitement à 100% courant mai, mais nous avons la masse critique avec toutes les sources différentes pour que la première restitution soit honnête et crédible et ce n'est pas que le gouvernement qui le dit, ce sont les  cinq garants. Bien sûr on peut essayer de disqualifier ce moment inédit de démocratie, mais à un moment il faut qu'on soit tous responsables. Le gouvernement est responsable. On est transparents dans la méthode. L'exhaustivité, nous l'avons annoncée je m'y suis engagée et elle sera complète. On sera à 100% fin mai.