Quelques centaines de personnes mobilisées pour le quarantième samedi de mobilisation des "gilets jaunes"

Certains manifestants ont exprimé leur soutien au mouvement hongkongais, d'autres ont réclamé "justice pour Steve", ce jeune homme mort dans la Loire le soir d'une intervention de police controversée.

Une \"gilet jaune\" porte une veste \"Je suis Steve\", le 3 juillet 2019 à Toulouse
Une "gilet jaune" porte une veste "Je suis Steve", le 3 juillet 2019 à Toulouse (FR?D?RIC SCHEIBER / HANS LUCAS)

Quelques centaines de "gilets jaunes" ont manifesté samedi 17 août, notamment à Paris et Toulouse pour le quarantième samedi de mobilisation contre la politique du gouvernement. A Paris, quelque 300 personnes étaient rassemblées en milieu d'après-midi sur la place de la République, après avoir défilé sous la pluie depuis la place des Fêtes, au nord-est de la capitale.

Des manifestants brandissaient une banderole proclamant "GJ - Hong Kong même combat", un soutien à la mobilisation dans l'ex-colonie britannique critiqué par des "gilets jaunes" sur les réseaux sociaux, certains appelant même au boycott de ce 40e samedi de mobilisation. A Toulouse, environ 350 personnes ont défilé dans les rues du secteur piétonnier mais ont régulièrement été obligés de bifurquer ou de rebrousser chemin après avoir été bloquées par des forces de l'ordre, selon un journaliste de l'AFP.

"On est toujours là", "on n'est pas fatigué", ont scandé les manifestants, certes "de moins en moins nombreux", a reconnu Muriel, une femme venue de l'Ariège voisine et qui a participé "à la quasi totalité des manifestations" depuis novembre dernier. "C'est normal, y a des gens qui se reposent, y en a d'autres en vacances, mais les gens sont énervés, la tension monte pour septembre et d'ailleurs le pouvoir commence à s'inquiéter", a-t-elle dit. "Macron fait le rigolo, mais les gens sont en colère", a-t-elle ajouté.

"Justice pour Steve"

Comme chaque samedi à Toulouse, les CRS ont interdit l'accès à la place du Capitole à un groupe de manifestants qui a crié: "Justice pour Steve", le jeune homme mort à Nantes lors de la Fête de la musique. A Bordeaux, ancien haut-lieu de manifestations, seulement une quarantaine de "gilets jaunes", majoritairement des séniors, se sont réunis sous un soleil de plomb.

Environ 150 "gilets jaunes" ont également manifesté, sans incident, dans la ville frontalière de Longlaville, en Meurthe-et-Moselle, selon la préfecture.