Paris : un dispositif de sécurité exceptionnel

Après les violences des derniers week-ends, Paris s’est préparée de façon exceptionnelle. 89 000 policiers et gendarmes ont été mobilisés dont 8 000 dans la capitale où des blindés ont été déployés, pour la première fois depuis 2005.

À la veille d’une journée à haut risque, le ministre de l’Intérieur a passé en revue les blindés de la gendarmerie. Christophe Castaner a tenu à apporter son soutien aux forces de l’ordre mobilisées samedi 8 décembre dans la capitale, notamment. Douze véhicules appuieront les forces de l’ordre à Paris, alors que 8 000 policiers et gendarmes seront déployés, contre 4 600 le 1er décembre. La capitale sera sous haute sécurité. Les brigades anti-criminalité de la grande couronne ont également été rappelées en renfort.

Quartiers à risques

Et les stratégies changent. Du coup, les forces de l’ordre sont plus nombreuses et seront moins statiques. Samedi 1er décembre, les consignes étaient d’éviter les affrontements directs. La Place de l’Étoile avait été occupée puis reprise par les forces de l’ordre. La police s’est d’ores et déjà dite inquiète des personnes radicalisées. À Paris, plusieurs quartiers ont été identifiés comme zones à risque : la Place de l’Étoile, la Concorde ou Denfert Rochereau. Dans les rues, tout ce qui pouvait servir de projectile a été retiré.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers dans des véhicules blindés devant l\'Arc de triomphe à Paris, le 8 décembre 2018.
Des policiers dans des véhicules blindés devant l'Arc de triomphe à Paris, le 8 décembre 2018. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)