"On nous dit que ce n'est pas le bon moment, mais on n'a plus le temps d'attendre " : la marche pour le climat maintenue samedi à Paris

La marche pour le climat est maintenue dans la capitale, mais son itinéraire a été modifié. Le défilé aura lieu, samedi, en même temps que la nouvelle journée d’action des "gilets jaunes".

La marche pour le Climat à Paris le 8 septembre 2018.
La marche pour le Climat à Paris le 8 septembre 2018. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Malgré les risques de débordements autour de la mobilisation des "gilets jaunes", la marche pour le climat est maintenue à Paris, samedi 8 décembre, avec des prises de parole d'artistes comme Juliette Binoche, Cyril Dion et également un concert.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, avait demandé pourtant aux organisateurs d'annuler leur manifestation. Finalement, le parcours de la Marche a été modifié. Prévu initialement au Trocadéro, elle se déroulera de la place de la Nation à celle de République, sur recommandation de la préfecture de police de Paris.

WWF n'appelle pas ses militants à se rendre à cette marche

Toutes les ONG appellent leurs militants à aller à cette marche sauf le WWF (World Wide Fund for Nature). Pauline Boyer, porte parole du mouvement Alternatiba, estime qui'il faut passer le message d'une transition écologique et socialement juste maintenant, et ne pas attendre."C'est extrêmement important pour nous de créer un espace où les personnes vont pouvoir défiler dans un cadre non violent. Il y a plein de revendications de la part des 'gilets jaunes', mais ce qui se rejoint c'est le fait qu'on ne peut pas continuer à vivre dans un système comme celui-là."

Si Nicolas Hulot a estimé que ce n'était pas le moment d'organiser cette marche, son ex-fondation appelle quand même à la mobilisation partout où elle est autorisée.

Le WWF lui a fait savoir par Twitter qu'il n'y prendrait pas part et que les conditions de sécurité ne sont pas réunies. Mais Jean-François Julliard, de Greenpeace France n'est pas de cet avis. "Régulièrement quand il y a des mobilisations sur l'environnement, on nous dit que ce n'est pas le bon moment mais il n'y a aucune raison de penser qu'il y aura des débordements. Il faut le faire, on a plus le temps, on a le plus de temps d'attendre, on a plus le temps de reporter toute ces mobilisations-là."

La pression est forte pour les organisateurs. Ils savent qu'ils ne mobiliseront sans doute pas autant de famille, ce samedi, qu'au mois de septembre dernier où plus de 20 000 personnes avaient marché pour le climat à Paris.