Maintien de l'ordre : Castaner en délicatesse, Philippe en première ligne, Macron sous pression

Dans la tourmente, l'exécutif promet des réponses rapides sur le dispositif et la tactique de maintien de l'ordre lors des manifestations.

France 3

L'exécutif, sous le feu des attaques de l'opposition, veut montrer qu'il réagit vite. Dimanche 17 mars, il y a eu une réunion après les violences de la veille à Paris sous l'autorité du Premier ministre Edouard Philippe. Il n'y a pas eu d'annonces, mais un communiqué reconnaissant des dysfonctionnements dans le dispositif de maintien de l'ordre, "des insuffisances dans son exécution qui n'ont pas permis de contenir ou prévenir les violences". Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, s'est aussi fait éreinter sur les réseaux sociaux à la suite de sa présence il y a huit jours en discothèque.

La sortie du grand débat abîmée

Edouard Philippe reprend donc la main. Il va présenter les nouvelles mesures à Emmanuel Macron, qui a promis des décisions fortes. L'Élysée a convoqué lundi matin Christophe Castaner, la ministre de la Justice et le Premier ministre. Mardi, les ministres de l'Intérieur et de l'Économie Bruno Le Maire sont convoqués au Sénat. En allant au ski ce week-end, Emmanuel Macron, qui avait retrouvé une bouffée d'oxygène, est de nouveau soumis à la pression de la rue et de l'opposition, ce qui complique la sortie du grand débat national.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron participe à un point de situation à la cellule de crise du ministère de l\'Intérieur, entouré d\'Edouard Philippe et de Christophe Castaner, le 16 mars 2019 à Paris.
Emmanuel Macron participe à un point de situation à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur, entouré d'Edouard Philippe et de Christophe Castaner, le 16 mars 2019 à Paris. (CHRISTOPHE PETIT-TESSON / POOL / AFP)