VIDEO. Liste "gilets jaunes" : après les européennes, "il y aura aussi les municipales", assure Ingrid Levavasseur

Ingrid Levavasseur, à la tête d’une liste "gilets jaunes" aux élections européenne était l’invitée de franceinfo vendredi 25 janvier.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Figure de proue du mouvement social des "gilets jaunes" et tête de liste du "ralliement d'initiative citoyenne" (RIC), qui ne compte encore que dix candidats, Ingrid Levavasseur, aide-soignante de 31 ans, était l'invitée de franceinfo vendredi 25 janvier. "Je ne pense pas avoir trahi les 'gilets jaunes'" en créant une liste pour les européennes, estime-t-elle, accusée par certains "gilets jaunes" de récupérer le mouvement. "Nous sommes tous en droit de faire cette démarche, je n'ai pas besoin de me justifier", se défend-elle. "Nous sommes précurseurs" et "il est temps de se construire" afin de faire "remonter la voix du citoyen" au sein des instances européennes, souligne-t-elle. Mais pas uniquement : "On ne fait que la première démarche, dans quelque temps il y aura aussi les municipales, et ainsi de suite", explique-t-elle.

franceinfo : Hier soir, sur le plateau de "L'Emission politique", vous avez été prise à partie par une autre "gilet jaune" qui vous a reproché de vouloir "faire le buzz". Que répondez-vous aux critiques ?

Nous sommes tous en droit de faire cette démarche. Je ne pense pas avoir trahi les "gilets jaunes", je suis une "gilet jaune" depuis toujours, je n'ai pas besoin de me justifier ni de me légaliser à leurs côtés. Je suis engagée et je m'engage en tant que citoyenne. Il faut vraiment faire en sorte de se faire entendre. On ne peut pas se dire se dire "gilet jaune" sous prétexte qu'on porte un gilet jaune. Il y a des personnes qui sont "gilets jaunes" et qui ne sont pas forcément dans la rue et sur les réseaux sociaux.

Le but de cette liste européenne c’est d’être présent partout. On ne fait que la première démarche. Dans quelques temps, il y aura aussi les municipales et ainsi de suite. Et il y aura forcément des "gilets jaunes". Nous sommes précurseurs. En attendant, il est juste temps de se construire. Il y a des "gilets jaunes" qui se manifestent ainsi et qui sont très en colère, mais il y a aussi tous les "gilets jaunes"  qui se manifestent en disant qu'ils veulent rejoindre cette liste. Donc arrêtons de dire que ce n'est pas bien puiqu'il y a des personnes qui ont envie de faire. 

Votre liste a-t-elle une couleur politique ?

Absolument pas. C’est une liste protéiforme, on ne veut pas aller dans les extrêmes, on n’a vraiment pas envie de partir dans tout et n’importe quoi. Pas d’extrême droite, pas d’extrême gauche. Nous sommes ouverts à tous les citoyens qui ont envie de bien faire. (…) On sera les yeux, la voix des citoyens, comme une caméra infiltrée au sein de Bruxelles. J'y vais pour siéger, pour faire remonter la voix du citoyen.

Mais vous n'êtes pas ouverts aux électeurs de Marine Le Pen ?

Si ces personnes sont motivées pour agir pour le bien-être du citoyen en France, pourquoi pas. Mais à un moment donné, il faut être juste, et être réellement dans la démocratie.

Pour qui avez-vous voté à la présidentielle ?

J'ai voté Macron. Je ne regrette pas mon choix. Si j'avais pu avoir un vote blanc qui soit comptabilisé, j'aurais voté blanc mais j'ai voté Macron pour voter contre Le Pen. 

L'intégralité de l'interview d'Ingrid Levavasseur, vendredi 25 janvier sur franceinfo

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Ingrid Levavasseur, invitée de franceinfo le 25 janvier 2019.
Ingrid Levavasseur, invitée de franceinfo le 25 janvier 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)