Les femmes "gilets jaunes" en première ligne

Les femmes sont nombreuses sur les ronds-points et à tous les points de blocage organisés par les "gilets jaunes". Certaines sont même devenues des figures incontournables du mouvement.

franceinfo

Elles sont femmes au foyer, mères actives, ou retraitées, elles ont 30, 40, parfois 60 ans. Elles ont rejoint le mouvement des "gilets jaunes" avec l'espoir d'augmenter leur pouvoir d'achat et d'améliorer leur quotidien. Ingrid Levavasseur, 31 ans, aide-soignante, affiche son combat sur son dos depuis un mois. Elle est devenue une figure des "gilets-jaunes". Ingrid participe à son premier mouvement social. Son interview a ému la France entière. Elle y parlait de ses difficultés de maman isolée avec deux enfants à charge. Avec son salaire de 1189 euros nets, une fois les charges payées, il ne lui reste que 20 euros. Pas assez pour prendre soin d'elle.

Des fins de mois difficiles

Depuis près d'un mois, au rond-point de St Beauzire, dans le Puy-de-Dôme, la patronne des "gilets jaunes" est une femme. À 54 ans, Florence, femme de ménage, gagne en moyenne 650 euros par mois. Avec son mari Rémi, ils gagnent en moyenne 2 000 euros net. Ils ont du mal à boucler les fins de mois.

À 61 ans, Dominique craint quant à elle pour l'avenir de ses enfants et petits-enfants. Cette grand-mère est prête à prendre tous les risques pour faire plier le gouvernement, comme se retrouver en pleine guérilla urbaine dans Paris.

Ingrid
Ingrid (FRANCEINFO)