Leetchi saisit la justice sur les conditions du versement de la cagnotte créée en soutien à l'ex-boxeur Christophe Dettinger

La plateforme demande à la justice de trancher un litige concernant le bien-fondé ou non du versement de près de 130 000 euros à la famille de l'ancien boxeur, accusé d'avoir frappé des gendarmes, pour payer ses frais d'avocat.

La cagnotte en ligne ouverte sur la plateforme Leetchi pour l\'ancien boxeur Christophe Dettinger, le 8 janvier 2019.
La cagnotte en ligne ouverte sur la plateforme Leetchi pour l'ancien boxeur Christophe Dettinger, le 8 janvier 2019. (MAXPPP)

La plateforme Leetchi annonce, jeudi 7 février, qu'elle a saisi la justice pour trancher un litige concernant le bien-fondé ou non du versement des sommes récoltées par la cagnotte de soutien à l'ex-boxeur Christophe Dettinger, accusé d'avoir frappé des gendarmes lors d'une journée d'action des "gilets jaunes". 

Leetchi a "engagé une procédure en référé auprès du tribunal de grande instance d'Evry afin de déterminer les conditions dans lesquelles pourra intervenir le versement" des quelque 130 000 euros récoltés, explique la plateforme dans un communiqué.

Le créateur de cette cagnotte avait indiqué que les fonds "étaient destinés à soutenir la famille de Christophe Dettinger pour le paiement des frais d'avocats de celui-ci", rappelle la plateforme, qui avait pris acte de cette décision en stipulant que la cagnotte servirait "uniquement à financer les frais de justice sur présentation de justificatifs".

Des devis n'ont pas été fournis

Une fois la cagnotte close, l'organisateur a toutefois "formellement demandé le 26 janvier 2019 le versement direct par virement de l'intégralité de la somme récoltée, à savoir 127 812,67 euros (...) sur le compte bancaire" de la compagne de l'ex-boxeur, en lieu et place du compte joint de "Monsieur ou Madame Dettinger" initialement prévu, détaille le communiqué.

Or contrairement aux engagements pris envers Leetchi et en contravention avec les conditions générales d'utilisation du service, cette demande "vise un autre bénéficiaire que celui initialement désigné par l'organisateur de la cagnotte", selon le texte de l'assignation en référée que l'AFP a pu consulter. En outre, la demande "ne fournit pas les devis d'honoraires d'avocats correspondant à l'objet de la cagnotte", est-il ajouté.