Cet article date de plus d'un an.

La "gilet jaune" qui avait menacé de mort Emmanuel Macron condamnée à trois mois de prison avec sursis

Cette ex-enseignante avait scandé "Macron décapitation, Macron explosion" lors d'une manifestation en septembre 2020.

Article rédigé par France Info - avec France Bleu Champagne Ardenne
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le palais de justice de Châlons-en-Champagne (Marne), le 27 février 2019. (PHILIPPE REY-GOREZ / RADIO FRANCE)

Une ex-enseignante marnaise a été condamnée lundi 28 mars à trois mois de prison avec sursis par le tribunal de Châlons-en-Champagne (Marne) notamment pour "menaces de mort" à l'encontre du président de la République, rapporte France Bleu Champagne-Ardenne. Dans une vidéo datant de septembre 2020 et qui avait été largement partagée sur les réseaux sociaux, on l'avait vue crier lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Paris : "Macron destitution, Macron décapitation, Macron explosion."

Durant sa comparution, cette femme a assuré qu'elle ne visait pas l'homme mais la fonction d'Emmanuel Macron qu'elle considère comme un destructeur de la République française. Selon elle, il ne s’agissait pas du tout d’une menace de mort mais d’un slogan historico-politique : une référence au jugement, puis à l’exécution de Louis XVI en 1793.

La "gilet jaune" était aussi poursuivie pour "outrage" envers deux institutrices de Suippes (Marne) qu'elle avait traitées de "collabos de Vichy, criminelles et sales fonctionnaires" en mars 2021 alors qu'elles faisaient porter le masque à leurs élèves pendant une activité physique dans un parc. Selon France Bleu Champagne-Ardenne, une vingtaine de personnes sont venues la soutenir devant le palais de justice.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

"Gilets jaunes"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.