"L'union fera la force, donc il ne faut pas qu'on se lâche" : les "gilets jaunes" toujours mobilisés dans le Loiret

À la veille de l'acte 8, certains "gilets jaunes" restent mobilisés, notamment sur le rond-point "cacahuète" entre Montargis et Amilly, dans le département du Loiret.

Des \"gilets jaunes\" sur le rond-point \"cacahuète\" entre Montargis et Amilly, le 4 janvier 2019.
Des "gilets jaunes" sur le rond-point "cacahuète" entre Montargis et Amilly, le 4 janvier 2019. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

À la veille d’une nouvelle mobilisation des "gilets jaunes", l'acte 8 se prépare pour montrer que le mouvement n’est pas fini, avec des appels à manifester à Paris et en région. Et même si la mobilisation faiblit, il reste encore des "gilets jaunes" déterminés qui le lâcheront rien. C’est le cas de ceux du rond-point "cacahuète" entre Montargis et Amilly dans le Loiret.

>> "Nous irons plus loin" : les "gilets jaunes" écrivent à Emmanuel Macron et annoncent un "acte 8"

"Macron, rends-nous notre pognon", crient-ils dans un mégaphone. "On bloque un petit peu mais pas beaucoup quoi, cinq minutes, et gentiment, on est à la bonne franquette", affirme Chantal, avec le sourire. Avec les autres, elle fait partie des irréductibles, ceux qui tiennent encore leur rond-point en France.

"On ne lâchera pas"

Aujourd’hui ils ne sont pas là pour embêter les automobilistes ils leurs proposent même des petits bonbons, de la douceur enrobée de détermination assure Gérard ici depuis le mois de novembre : "Et on tient et on ne lâchera pas. Il y a de moins en moins de ronds-points aujourd'hui en France tenus par des 'gilets jaunes', mais c'est parce que Monsieur Castaner a décidé de démanteler les ronds-points mais nous, tant qu'on n'aura pas obtenu ce qu'on demande, on ne lâchera rien"

Aujourd'hui pour moi, l'urgence, c'est l'urgence sociale. Je suis là pour çaGérard, "gilet jaune" du Loiretà franceinfo

"Les rencontres sur les QG nous remotivent"

Sur une palette, un drapeau breton, emmené par Jérémy, venu de Rennes avec deux autres "gilets jaunes". Là-bas, ils ont préféré brûler leur QG plutôt que de le voir détruire par les forces de l’ordre. Ils sont venus rendre visite à leurs amis du rond-point cacahuète pour parler stratégie : "On est venus prendre les stratégies pour refaire la même chose chez nous et nous, de notre côté, on leur apporte des connaissances. Les rencontres sur les QG nous remotivent, explique-t-il. L'union fera la force, donc il ne faut pas qu'on se lâche"

Ça nous fait du bien de les voir venir, parce que certains sont entrain de lâcher, commencent à perdre un petit peu la force et ça montre la fraternité qu'il peut y avoirUn "gilet jaune" du Loiret, à propos de la visite des "gilets jaunes" de Rennes sur leur rond-pointà franceinfo

"On n'est plus libres en France"

Samedi, pour l'acte 8, certains resteront ici, Chantal ira, elle, manifester pour la première fois de sa vie avec un peu d'appréhension : "Normalement les policiers n'ont pas le droit de nous taper dessus, mais nous, on a décidé de tout filmer, raconte-t-elle. C'est ça qui est mortel, on est plus libres en France". Sur un drap blanc tendu accroché à une tente, ils ont écrit pour les automobilistes "Les 'gilets jaunes', c'est une chance, ce combat, c'est aussi le vôtre", Dominique veut croire que le mouvement perdurera : "On ne lâchera pas l'affaire parce qu'on nous a donné des miettes, des pommes pourries, du pain moisi, on n'en veut pas, nous on veut des choses correctes".

Un peu plus loin, une banderole est tendue avec cette inscription : "Soutien à Éric Drouet", ce "gilet jaune" interpellé mercredi pour "organisation d'une manifestation non autorisée". À la sortie de sa garde à vue, il a dit qu'il avait prémédité son arrestation. Une stratégie "qui montre qu'en France on n'est pas libres de manifester", selon Dominique. "On ne peut pas se permettre d'arrêter les gens qui font rien de mal", conclut-il.

Je pense que Monsieur Macron, il a vraiment du souci à se faire, puisque nous sommes le peuple, nous sommes l'État et on représente la FranceDominique, "gilet jaune" du Loiretà franceinfo

Le reportage de Farida Nouar sur le rond-point "cacahuète", tenu par des "gilets jaunes", dans le Loiret.
--'--
--'--