Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ne "supportent pas le résultat des urnes" et veulent "rejouer l'élection", tacle Benjamin Griveaux

Alors que la France insoumise et le Rassemblement national réclament une dissolution de l'Assemblée nationale pour sortir de la crise des "gilets jaunes", le porte-parole du gouvernement a exclu cette hypothèse.

FRANCE INTER / RADIO FRANCE

Benjamin Griveaux s'en est pris à Jean-Luc Mélenchon et à Marine Le Pen, lundi 3 décembre sur France Inter. "Ils ne supportent pas le résultat des urnes d'il y a 18 mois et ils essaient de rejouer l'élection. Ça fait 18 mois qu'ils font ça, ils ne savent faire que ça", a dit Benjamin Griveaux à propos des leaders respectifs de la France insoumise et du Rassemblement national. Les deux partis demandent une dissolution de l’Assemblée nationale pour sortir de la crise des "gilets jaunes".

"Le peuple a parlé"

"Cela fait 50 ans que Marine Le Pen vit de la politique française, sa famille en tout cas, ironise Benjamin Griveaux. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il ne digère jamais le fait d'avoir perdu une élection. Il va falloir qu'il s'y fasse ! Il y a, dans une démocratie, un moment important, ça s'appelle les élections. Il faut qu'enfin il accepte psychologiquement d'avoir été le quatrième homme de l'élection présidentielle. Pas le deuxième, pas le troisième. Le quatrième du premier tour. Le peuple a parlé", a estimé le porte-parole du gouvernement à propos de Jean-Luc Mélenchon.

"Chèque en blanc" et "vieilles ficelles"

"Cela ne signifie pas que nous avons reçu un chèque en blanc, assure Benjamin Griveaux. Je n'oublie pas que 40% des gens au premier tour ont porté leur suffrage sur Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Cela dit quelque chose de l'exaspération du pays et du moment historique que nous vivons." "Ce n'est pas avec les vieilles recettes, que l'on répond présent", conclut le porte-parole du gouvernement.

Benjamin Griveaux était l\'invité de France Inter lundi 3 décembre.
Benjamin Griveaux était l'invité de France Inter lundi 3 décembre. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)