"Je pensais sincèrement avoir poussé un homme" : ce que le policier qui a renversé Geneviève Legay a dit aux enquêteurs

"Le Parisien" révèle, jeudi 30 mai, des extraits des procès-verbaux d'audition du major impliqué dans la chute de la militante d'Attac à Nice, en mars dernier.

Geneviève Legay au sol après avoir été renversée par un policier, le 23 mars 2019, à Nice (Alpes-Maritimes).
Geneviève Legay au sol après avoir été renversée par un policier, le 23 mars 2019, à Nice (Alpes-Maritimes). (CLAUDE PARIS/AP/SIPA)

"C'est malheureux pour madame Legay." Le policier qui a fait chuter la militante d'Attac Geneviève Legay, le 23 mars à Nice (Alpes-Maritimes), a fait part de sa "surprise" et a reconnu les faits après avoir été confronté à des vidéos de la scène. "Je pensais sincèrement avoir poussé un homme", a assuré, le 29 mars, le fonctionnaire de 50 ans, selon des extraits de procès-verbaux d'audition publiés, jeudi 30 mai, par Le ParisienDans un premier temps, il avait nié avoir renversé une femme lors de cette manifestation interdite.

"J'étais dans une charge ordonnée légalement, souligne le major de police. Il faut dire que l’action a été très rapide et je me trouvais dans un mouvement général qui a pour but de gagner du terrain et de repousser toutes personnes, quelle qu'elles soient, sur notre passage. Nous étions dans un rétablissement de l’ordre public après sommations et ordre effectués."

Le fonctionnaire se dit "de bonne foi" et "sincèrement désolé" pour la victime de 73 ans, qui a eu plusieurs côtes cassées et des fractures au crâne. Fin mars, par la voix de son avocat, le policier avait déjà publiquement reconnu les faits et exprimé "ses plus sincères regrets".