"Il n'y aura pas de retour en arrière" : Eric Drouet se retire du mouvement des "gilets jaunes"

Figure médiatique du mouvement social, le chauffeur routier a expliqué sa décision sur les pages Facebook "La France en colère" et "La France énervée".

Eric Drouet, le 16 février 2019, lors de la 14e manifestation des \"gilets jaunes\" à Paris.
Eric Drouet, le 16 février 2019, lors de la 14e manifestation des "gilets jaunes" à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

"C'était ma dernière manifestation aujourd'hui." Eric Drouet, chauffeur routier et figure des "gilets jaunes", a annoncé qu'il quittait le mouvement social, vendredi 24 janvier dans la soirée, dans une vidéo diffusée en direct sur les pages Facebook "La France en colère" et "La France énervée". Après quelques mots sur la manifestation contre la réforme des retraites, à laquelle il a participé vendredi, il ajoute : "Je voulais remercier tous les 'gilets jaunes' avec qui on a pu avoir des échanges, qui se sont battus jusqu'au bout et qui sont encore dans le mouvement." 

"C'est un magnifique mouvement qu'on a lancé tous ensemble", salue le porte-voix des revendications des "gilets jaunes". "Il n'y aura pas de retour en arrière. C'est un choix mûrement réfléchi, je préfère laisser les gens déterminés sur le terrain", déclare-t-il en gros plan face à son téléphone. "Se mettre en avant, ça apporte plus de problèmes qu'autre chose", ajoute-t-il un peu plus tard.

"Des menaces sur ma vie privée"

Eric Drouet donne quelques détails sur son choix. Il affirme avoir fait l'objet de menaces sur sa vie privée après avoir donné "son avis" sur les manifestations. "Cela ne nous faisait pas avancer", dit-il en parlant des "manifestations déclarées". "Si ces personnes-là l'ont mal pris, je m'en excuse", se désole-t-il. Il a été condamné à 500 euros d'amende avec sursis le 4 septembre 2019 par le tribunal correctionnel de Paris pour "port d'arme prohibé". Le 29 mars 2019, il avait été condamné à 2 000 euros d'amende, dont 500 avec sursis, pour l'organisation sans déclaration préalable de deux manifestations, une décision dont il a fait appel.

Le trentenaire évoque aussi la cagnotte qu'il a créée pour les "gilets jaunes" blessés. L'argent n'a pas été versé comme prévu à l'association L'Agora de Lutèce, alors que 150 000 euros ont été récoltés. Certains accusent ainsi Eric Drouet d'avoir pris l'argent pour partir en vacances, quand d'autres pensent qu'il s'en est servi pour acquérir une nouvelle voiture. En réalité, le transfert des sommes est complexe, en raison des démarches fiscales à accomplir pour que l'argent aille directement sur le compte de l'association, sans transiter par le sien. "Il faut compter quelques jours, peut-être une semaine ou deux, et on pourra vous donner des informations. On a trouvé toutes les solutions par rapport à Paypal", explique-t-il vendredi.