Homme volant, sifflets et "gilets jaunes"... Ce qu'il faut retenir du défilé du 14-Juillet

Emmanuel Macron a assisté pour la troisième fois à la parade militaire organisée pour la fête nationale. Une édition 2019 perturbée par la présence de "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées. 

Des militaires défilent lors du traditionnel défilé du 14-juillet, à Paris. 
Des militaires défilent lors du traditionnel défilé du 14-juillet, à Paris.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

La coopération militaire européenne. C'était le thème de ce défilé du 14-juillet où quelque 4 300 militaires, 196 véhicules, 237 chevaux, 69 avions et 39 hélicoptères ont été mobilisés pour l'événement organisé sur la célèbre avenue des Champs-Elysées, au cœur de la capitale française. Si la cérémonie s'est déroulée sans accroc, la revue des troupes du président de la République a été perturbée par plusieurs sifflets émanant de "gilets jaunes". Franceinfo vous résume ce qu'il faut retenir de ce défilé

Emmanuel Macron sifflé par des "gilets jaunes"

Emmanuel Macron a ouvert les festivités en descendant les Champs-Elysées à bord d'un command car avant le début du traditionnel défilé militaire. Des sifflets émanant de "gilets jaunes" ont été entendus au passage du chef de l'Etat, dont c'est le troisième défilé depuis son élection en mai 2017. "Ceux qui ont voulu empêcher ce défilé devraient avoir un peu honte. Aujourd'hui, c'est un jour où la nation est réunie, et je pense que la nation, il faut la respecter", a réagi peu de temps après le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. 

FRANCEINFO

Quelque 175 personnes ont été interpellées en marge du défilé. Trois figures du mouvement des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues, Maxime Nicolle et Eric Drouet, ont été arrêtés aux abords des Champs-Elysées en marge du défilé, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris. Les deux premiers ont été placés en garde à vue pour "organisation d'une manifestation illicite", puis ont été relâchés, leurs dossiers classés sans suite selon l'avocat de Maxime Nicolle, Juan Branco. Le troisième a lui été placé en garde à vue du chef de rébellion. Sa garde à vue a été levée en fin d'après-midi et le parquet étudie les suites à donner à ce dossier. 

Plusieurs innovations technologiques présentées

Le premier tableau du défilé a été consacré à l'innovation  : robots, drones et exosquelettes utilisés par les militaires ont été déployés place de la Concorde, tandis que les nouveautés technologiques dans le spatial, l'aérien, le terrestre, le maritime et le cybernétique ont été présentées sur grand écran.

A noter qu'un militaire entièrement camouflé a beaucoup inspiré les internautes. 

Un "homme volant" au-dessus des Champs

C'était sans doute le clou du spectacle. Le champion du monde de jet-ski français Franky Zapata a offert un époustouflant spectacle futuriste en volant debout, fusil en main, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol sur son "Flyboard", un engin de son invention, au-dessus des Champs-Elysées.

Cette plateforme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d'air "va permettre de tester différentes utilisations, par exemple une plateforme logistique volante ou bien une plateforme d'assaut" pour les militaires, avait commenté plus tôt la ministre des Armées Florence Parly sur France Inter.

Un hommage rendu aux blessés en opération

Le défilé s'est achevé sur un émouvant tableau composé de blessés des armées françaises, actuellement engagées sur de multiples théâtres, du Moyen-Orient au Sahel. Trois pensionnaires des Invalides en fauteuil roulant ont défilé place de la Concorde aux côtés de trois militaires récemment blessés en opérations, rejoints par des sportifs blessés de guerre, sous les applaudissements nourris de la foule. Le président français et la chancelière allemande ont quitté la tribune pour échanger avec eux. Le couple Macron s'est ensuite entretenu avec les familles des militaires morts ou blessés au combat.

Macron exprime sa "fierté" pour les soldats

A l'issue du défilé, Emmanuel Macron a exprimé sa reconnaissance et sa "fierté" envers les quelque 17 000 militaires français en opération. "Ils sont en opération extérieure, au Levant, au Sahel, pour combattre le terrorisme. Ils sont en opération dans les mers, sous les mers, sur le plan aérien, pour maintenir nos forces de dissuasion, pour agir, pour nous protéger. Et je veux avoir une pensée pour eux, pour leur famille et en ce jour leur dire merci", a déclaré le chef de l'Etat sur France 2.

"J'ai deux choses à leur dire : d'abord merci. Merci d'être parfois très loin, depuis plusieurs mois parfois, loin de vos familles. Merci à vos familles. Et puis vous dire que nous sommes fiers de vous, de ce que vous faîtes chaque jour. Fiers parce que vous protégez la nation, parce que vous êtes notre souveraineté, ce qui permet de nous défendre comme de défendre nos alliés. Et cela, ça n'a pas de prix", a conclu Emmanuel Macron.