Cet article date de plus d'un an.

Haute-Saône : Céline Roy, une ancienne porte-parole des "gilets jaunes", placée en garde à vue à Vesoul

Elle a été entendue pour outrage au préfet de Haute-Saône.

Article rédigé par
Avec France Bleu Besançon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Céline Roy, ancienne porte-parole des "gilets jaunes" à Vesoul (Haute-Saône), le 14 janvier 2019. (JEAN-FRANÇOIS FERNANDEZ / RADIO FRANCE)

L'ancienne porte-parole des "gilets jaunes" de Vesoul, Céline Roy, a été placée en garde à vue mardi 15 janvier au matin, rapporte France Bleu Besançon. Elle a été entendue dans les locaux du commissariat de Vesoul pour "outrage au préfet de Haute-Saône", dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux pendant la mobilisation. Elle a annoncé elle-même son placement en garde-à-vue sur son profil Facebook.

Début décembre, alors que le préfet avait ordonné la destruction d’une cabane, sur un lieu d'occupation des "gilets jaunes", Céline Roy avait ouvert un Facebook Live, une diffusion en direct sur sa page où elle avait tenu des propos outrageants envers le préfet de Haute-Saône. Elle l'avait supprimée quelques heures après sa diffusion.

"On ne peut tolérer qu’on puisse menacer soit des élus, soit outrager toute personne chargé de mission de service public", a déclaré le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic. Céline Roy risque un an de prison et 1 500 euros d'amende

Déjà condamnée après un blocage

La publication dans laquelle elle met en cause le préfet avait été publiée avant sa condamnation à deux mois de prison avec sursis et 800 euros d'amende, dans une autre affaire. Le 11 décembre, elle avait écopé de cette peine pour avoir notamment bloqué un train à Vesoul avec d'autres manifestants.

Les militants de La France insoumise présents mardi devant le commissariat de Vesoul ont dénoncé un acharnement. Céline Roy a quitté le mouvement des "gilets jaunes" mi-décembre. L'ancienne porte-parole a depuis décidé de s'engager en politique et a annoncé lundi qu'elle rejoignait les rangs de La France insoumise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.