Grand débat : un député dénonce "une campagne électorale déguisée" et saisit la Commission des comptes

Philippe Juvin souhaite que soient intégrés aux comptes de campagne des élections européennes de LREM des moyens alloués à certaines réunions.

Le député LR Philippe Juvin lors d\'un point presse à Paris, le 27 juin 2016.
Le député LR Philippe Juvin lors d'un point presse à Paris, le 27 juin 2016. (MAXPPP)

Des réunions publiques du grand débat national ne sont pas au goût de Philippe Juvin. Le député européen LR  a indiqué, samedi 9 février, avoir saisi la Commission nationale des comptes de campagne. Sa demande : "intégrer" dans les comptes de campagne des élections européennes de LREM "les moyens alloués à une réunion publique de Madame Agnès Buzyn", ministre de la Santé.

Lors de cette réunion, dimanche dernier à Trappes (Yvelines), la ministre aurait tenu "des propos militants sans équivoque en faveur de LREM en vue des élections européennes" du 26 mai, estime celui qui est aussi maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Le CSA également saisi

"Ce grand débat national, initié par le président de la République pour répondre à une crise sans précédent liée à des choix politiques et économiques illisibles et injustes, ne peut en aucun cas être une campagne électorale déguisée", ajoute ce président de la Fédération LR des Hauts-de-Seine.

"Voilà maintenant près de trois semaines que nous assistons à ce qui s'apparente davantage à une campagne électorale plutôt qu'à des échanges avec les Français", a renchéri la députée de l'Assemblée nationale Valérie Boyer, dans un courrier au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), transmis à l'AFP. Elle y énumère les heures de réunions publiques "animées par le chef de l'État" et diffusées à la télévision qui "satur(ent)" l'espace politique et médiatique, selon elle.