Cet article date de plus de deux ans.

Grand débat national : "On peut parler de tout, on n'empêchera pas un citoyen de prendre position sur l'ISF"

Publié
Article rédigé par
Radio France

À la veille du lancement du grand débat national promis par Emmanuel Macron, Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, assure lundi sur franceinfo que "tout le monde pourra s'exprimer", sur "tous les sujets", à l'exception de ceux de l'IVG ou la peine de mort par exemple.

Quatre thèmes ont été fixés pour le grand débat national qui sera lancé mardi. Mais beaucoup de Français veulent aborder d'autres sujets. "Il couvre 80% ou 90% des problématiques d'actions publiques en France", a assuré lundi 14 janvier sur franceinfo Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, député de Paris. "Les questions de mariage pour tous, d'IVG ne rentrent pas dans ces chapitres, donc ils n'ont pas lieu d'être débattus, la peine de mort non plus", a -t-il ajouté.

Gilles Le Gendre a précisé que "sur les quatre chapitres qui ont été définis, tout le monde pourra s'exprimer comme il le souhaite en abordant toutes les questions, les sujets et en apportant toutes les propositions".

On peut parler de tout. On n'empêchera pas un citoyen de prendre position sur l'ISF, d'ouvrir le débat là-dessus.

Gilles Le Gendre

à franceinfo

Dans sa lettre aux Français, Emmanuel Macron parle d'immigration et envisage de demander au Parlement de fixer des objectifs annuels d'accueil. "Il n'y a pas de tabou là-dessus, indique le député. Voilà des années que la question de l'immigration empoisonne le débat public parce qu'on refuse de le traiter autrement que de manière simpliste et démagogique. Ce grand débat donne l'occasion d'aborder les questions différemment."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.