"Gilets jaunes" : une enquête judiciaire ouverte après la blessure au visage d'un homme à Paris

L'enquête a été confiée à l'inspection générale de la police nationale (IGPN). Une autre enquête interne a été ouverte à la demande du préfet de police de Paris.

Des \"gilets jaunes\" réunis près de l\'Arc de triomphe à Paris le 2 mars 2019.
Des "gilets jaunes" réunis près de l'Arc de triomphe à Paris le 2 mars 2019. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Une enquête judiciaire a été ouverte, samedi 2 mars, sur la blessure au visage d'un homme, lors de la 16e manifestation des "gilets jaunes" dans la capitale. Le parquet de Paris a ouvert cette enquête en "recherche des causes de blessures" et l'a confiée à l'inspection générale de la police nationale (IGPN).

Des témoins interrogés sur place affirment que la blessure a été provoquée par un tir de lanceur de balle de défense (LBD). Cette arme est l'objet de vives controverses en France pour le nombre de blessés graves qu'elle a provoqués depuis le début du mouvement social.

Une enquête interne ouverte à la préfecture de Paris

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent l'évacuation par les pompiers de la victime sur un brancard, le bas du visage pansé et protégé par une minerve, au carrefour de l'avenue de Wagram et de la rue de Tilsitt, à proximité de l'Arc de Triomphe.

Mais la préfecture de police de Paris ne donne aucune indication sur l'origine de la blessure. "Un blessé a été pris en charge par les services de secours", a-t-elle seulement déclaré à franceinfo. Une enquête administrative interne a également été ouverte à la demande du préfet de police de Paris, Michel Delpuech. Les "gilets jaunes" étaient 4 000 samedi à Paris selon les autorités.