"Gilets jaunes" : un manque à gagner considérable pour les commerçants

Malgré des indemnisations d'assurance estimées à 217 millions d'euros, le manque à gagner pour les commerçants de Rouen (Seine-Maritime) n'est pas remboursé. Il peut pourtant représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires.

FRANCE 2

Rouen (Seine-Maritime) porte encore quelques stigmates des manifestations des "Gilets jaunes" débutées en novembre 2018. Des boutiques à vendre et des vitrines en réparation jalonnent les trottoirs du centre-ville. Les commerçants ne cachent pas leur inquiétude face à l'absence d'une clientèle qui n'est jamais revenue après les heurts qui ont émaillé les rassemblements des "gilets jaunes". "C'est vide. Ça fait très longtemps qu'on n'a eu un centre-ville grouillant de monde", détaille Nicolas Berkane, commerçant en informatique.

Dégâts remboursés, mais commerçants en difficulté

Même si les assurances ont rapidement indemnisé les commerçants victimes de dégâts et de vandalisme, ces derniers éprouvent toujours des difficultés financières. "On se paye un peu plus loin dans le mois quand on peut. On se paye moins, mais il ne faut pas que ça continue comme ça sur du long terme. La perte de chiffre d'affaires ne sera pas remplacée", ajoute Nicolas. Les commerçants de Rouen ont perdu 30% de leur chiffre d'affaires en marge des manifestations. Une perte qui a une conséquence directe sur l'emploi, puisque les commerçants ont diminué le nombre d'embauches pour la période des soldes d'été.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants devant la cathédrale de Rouen, le 6 avril 2019.
Des manifestants devant la cathédrale de Rouen, le 6 avril 2019. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)