"Gilets jaunes" : un Français sur deux pense que le gouvernement tiendra compte du grand débat

Pour 47% des sondés, en revanche, l'exécutif n'en tiendra "pas du tout compte", selon un sondage Harris Interactive réalisé auprès de 1 967 personnes.

Des \"gilets jaunes\" sur les Champs-Elysées à Paris, le 31 décembre 2018.
Des "gilets jaunes" sur les Champs-Elysées à Paris, le 31 décembre 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'exécutif tiendra-t-il compte, au moins partiellement, du grand débat lancé pour répondre au mouvement des "gilets jaunes" ? Selon un sondage Harris Interactive pour RTL et M6, publié mercredi 2 janvier, un Français sur deux seulement le pense. Pour 47% en revanche, il n'en tiendra "pas du tout" compte. Et seuls les proches de La République en marche (LREM) considèrent majoritairement que le gouvernement en tiendra compte (82%).

Près d'un Français sur deux également (47%) serait favorable à ce que les "gilets jaunes" présentent une liste aux élections européennes de mai 2019. Un souhait nettement majoritaire chez les sympathisants de La France insoumise et du PCF (64%), du Rassemblement national (58%) et du PS (56%).

Par ailleurs, les Français interrogés se disent très majoritairement favorables à des référendums d'initiative citoyenne (RIC) pour proposer une loi (80%), en abroger une (72%) ou mettre fin au mandat d'un élu (63%). Le RIC est réclamé par de nombreux "gilets jaunes".

Peu de Français optimistes sur le pouvoir d'achat

Globalement, près d'un sondé sur deux (47%) se dit "optimiste" pour l'année à venir – soit une chute de 12 points par rapport à la même enquête il y a un an – contre 51% (+13) de "pessimistes". Le pouvoir d'achat (73%, +9) devient la première priorité attribuée au gouvernement pour 2019, devant la lutte contre le terrorisme (71%, stable) et contre le chômage (70%, +1). Mais c'est aussi l'un des domaines dans lesquels les Français se montrent le moins "optimistes" pour l'année à venir (23%).

La confiance dans le gouvernement pour mener différentes réformes est également limitée : 33% lui font ainsi confiance pour "agir dans le bon sens" en ce qui concerne la réforme des institutions, 32% pour la réforme de l'assurance maladie et 29% pour celle des retraites. Deux sondés sur trois (67%) pensent enfin que le gouvernement doit "avant tout aider le pouvoir d'achat des Français", quitte à ne pas maîtriser l'endettement et le déficit de la France.

Enquête réalisée en ligne du 27 au 28 décembre auprès de 1 967 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1 à 2,3 points.