"Gilets jaunes" : tensions pendant les manifestations

C’est le même scénario depuis 13 samedi : les "gilets jaunes" étaient dans les rues ce 9 février. Des incidents ont éclaté à Bordeaux et Toulouse alors qu’un homme a été blessé à la main à Paris.

À Paris, tout avait pourtant commencé dans le calme. Des milliers de "gilets jaunes" s’étaient réunis sur les Champs-Elysées avec une même détermination. "421 euros par mois, voilà ma retraite, vous croyez que je n’ai pas envie de me battre", témoigne l’un d’entre eux. Mais quelques mètres plus bas, un policier reçoit un coup de pied, il tente de poursuivre son agresseur, mais se fait encercler. Il doit alors attendre l’arrivée de son collègue pour écarter tout le monde.

Un homme a la main arrachée

Les "gilets jaunes" sont ensuite descendus vers l’Assemblée nationale. Certains tentent de rentrer dans le bâtiment, alors une grenade de désencerclement est lancée. C’est à ce moment-là qu’un homme a plusieurs doigts arrachés. En fin d’après-midi, des hommes s‘en prennent aux banques et des véhicules sont incendiés, dont un de l’opération Sentinelle. Un suspect a d’ailleurs été arrêté.
À Bordeaux, des violences aussi avec plusieurs policiers blessés, tout comme à Toulouse où les manifestants étaient entre 5 000 et 7 000. Selon le ministère de l’Intérieur, il y avait 51 400 "gilets jaunes" dans toute la France ce samedi 9 février.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture de l\'opération Sentinelle incendiée devant la Tour Eiffel à Paris, le 9 février 2019.
Une voiture de l'opération Sentinelle incendiée devant la Tour Eiffel à Paris, le 9 février 2019. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)