"Gilets jaunes" : quand les indemnisations se font attendre

Alors qu'un 20e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" se prépare, à Nantes un commerçant qui a vu sa boutique détruite n'a toujours pas été indemnisé. Il pousse un cri de colère.

FRANCE 2

Le 12 janvier, Pascal Fouchault a cru tout perdre. Ce samedi-là, une manifestation des "gilets jaunes" passe devant son agence immobilière, à Nantes (Loire-Atlantique). Une vague de violences s'abat alors sur son magasin. Vitrine brisée et commerce ravagé, plus de deux mois après les événements, le commerçant est encore sous le choc. Après la casse, Pascal Fouchault contacte son assurance, plusieurs expertises sont nécessaires pour qu'il puisse être remboursé. Mais aujourd'hui encore le dossier traîne, alors l'agent immobilier avance lui-même les frais pour réparer son magasin : 13 000 €.

Un fonds de la mairie

Depuis le 12 janvier, il n'a touché aucune indemnisation. Contacté par téléphone son assurance déclare ne rien pouvoir faire pour l'instant. Pascal Fouchault n'a pas le choix, il doit attendre. Il a déjà enregistré une perte de 20% de chiffre d'affaires à la suite de la fermeture de sa boutique. Des dizaines d'autres commerçants sont dans le même cas. La mairie de Nantes a promis un fonds de soutien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alors qu\'un 20e samedi de mobilisation des \"gilets jaunes\" se prépare, à Nantes un commerçant qui a vu sa boutique détruite n\'a toujours pas été indemnisé. Il pousse un cri de colère.
Alors qu'un 20e samedi de mobilisation des "gilets jaunes" se prépare, à Nantes un commerçant qui a vu sa boutique détruite n'a toujours pas été indemnisé. Il pousse un cri de colère. (FRANCE 2)