"Gilets jaunes" : Priscillia Ludosky fustige "la tentative de récupération fatigante" des Insoumis

"C'est hallucinant. Ils viennent nous voir en manifestation", a dénoncé l'une des figures du mouvement, à l'origine de la pétition contre l'augmentation des taxes sur le carburant. 

Priscillia Ludosky, l\'une des figures des \"gilets jaunes\", lors d\'une manifestation devant la tour Eiffel, à Paris, le 20 janvier 2019. 
Priscillia Ludosky, l'une des figures des "gilets jaunes", lors d'une manifestation devant la tour Eiffel, à Paris, le 20 janvier 2019.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

Elle évoque des tentatives d'approche "encore jusqu'à la semaine dernière". Sur le plateau de la web-télé Le Média, lundi 25 février, l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes", Priscillia Ludosky, a dénoncé la "tentative de récupération fatigante" de certains partis politiques, en particulier de La France insoumise, relève le HuffPost.

"Dès le début de ma médiatisation, en octobre-novembre, j'ai été approchée par les plus grands partis, dont un qui est très actif et qui tente encore jusqu'à la semaine dernière", explique ainsi celle qui est à l'origine de la pétition contre l'augmentation des taxes sur le carburant. "C'est hallucinant. Ils viennent nous voir en manifestation", précise-t-elle auprès du Média, évoquant des "politiques" "très tenaces".

Quand c'est rejeté, que c'est déjà dit et redit, c'est assez fatiguant de voir qu'ils ne lâchent pas l'affaire (...) La France insoumise par exemple, ils sont assez tenaces.Priscillia Ludosky, figure du mouvement des "gilets jaunes"sur Le Média

Comme le rappelle le HuffPost, une autre figure du mouvement, Eric Drouet, a lui aussi assuré avoir été approché par La France insoumise, en parallèle du Rassemblement national. Priscillia Ludosky, elle, évoque auprès du Média la possibilité pour les "gilets jaunes" "de rentrer en politique sans faire de la politique dans un parti". Elle cite, par exemple, "une assemblée citoyenne avec des gens tirés au sort". "Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de créer un parti", insiste l'auto-entrepreneuse.