"Gilets jaunes" : pour Benjamin Griveaux, Jean-Luc Mélenchon a "quitté le champ républicain" en ne condamnant pas les violences

Le porte-parole du gouvernement était l'invité de France Inter lundi matin. 

FRANCE INTER

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a estimé, lundi 7 janvier sur France Inter, que le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, avait "quitté le champ républicain" en ne condamnant pas les actes commis "par des factieux", lors des violences en marge du mouvement de "l'acte 8 des gilets jaunes".

"Ils ont l'esprit munichois"

"Aucun patron d'aucun parti d'opposition n'a eu de réaction suite à l'intrusion dans mon ministère, suite aux violences sur la mairie de Rennes, sur les préfectures. C'est une capitulation morale et intellectuelle d'une grande partie des opposants politiques", a dénoncé Benjamin Griveaux. Pour le porte-parole du gouvernement, "ils ont l'esprit munichois, ils sont en train d'essayer de récupérer et d'instrumentaliser politiquement la colère des gens. Et ceux-là, moi je le crois, ont quitté le champ républicain". 

Benjamin Griveaux a affirmé sur France Inter qu'il visait Jean-Luc Mélenchon dans ses propos. "Quand on est incapable d'avoir la moindre réaction lorsque des bâtiments publics, lorsque des parlementaires, lorsque des institutions sont mises en cause par des factieux et des violents, oui, on a quitté le champ républicain", a précisé Benjamin Griveaux.

Benjamin Griveaux était l\'invité de France Inter lundi 7 janvier. 
Benjamin Griveaux était l'invité de France Inter lundi 7 janvier.  (FRANCE INTER)